La terreur féministe à l'œuvre : une blague sur les femmes et l'humoriste Tex passa à la guillotine | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
La terreur féministe à l'œuvre : une blague sur les femmes et l'humoriste Tex passa à la guillotine
©STEPHANE DE SAKUTIN / AFP

Quand le rire mène à l'échafaud

La terreur féministe à l'œuvre : une blague sur les femmes et l'humoriste Tex passa à la guillotine

On peut rire de tout mais pas avec tout le monde. C'est de Desproges. S'il vivait encore on le tuerait aujourd'hui.

Benoît Rayski

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio »

Voici la blague. "Qu'est-ce qu'on dit à une femme qui a les yeux au beurre noir ? Rien : on lui a déjà expliqué". Tex, qui animait depuis 17 ans l'émission les Z'amours, l'a osé. Après Coluche et tant d'autres car c'est un vieux, très vieux classique. Il a été viré aussi sec par France 2 auparavant, comme à l'époque de l'Inquisition, il a du faire acte de contrition : "Je demande sincèrement pardon à tous ceux et toutes celles que j'aurais pu blesser".

La blague sur les yeux au beurre noir est une des plus anodines d'un domaine ancestral riche en gauloiseries, grivoiseries et autres vulgarités. C'était un genre dans lequel la France paillarde et gaillarde excellait et en général c'était au niveau de la braguette et pas très fin. Question aux historiens : les femmes en ont-elles beaucoup souffert ?

Une blague de Coluche maintenant en espérant ne pas être viré d'Atlantico. "Un prévenu accusé de viol comparait devant un tribunal. Le président : "Vous avez commis un viol". Le prévenu : "Pas du tout. Un viol c'est quand on veut pas : et moi je voulais bien !" Et aussi un proverbe arabe qui me vaudra l'absolution car il vient d'Outre-Méditerranée. "Bat ta femme. Si tu ne sais pas pourquoi elle, elle le sait!".

Ainsi avec l'éviction de Tex triomphe la bêtise la plus hargneuse et la plus crasse. Naguère elle rasait les murs. Maintenant elle dicte sa loi aux chaînes de télévision. Pas un mot de travers pas un mot de trop. Interdit de rire gras. Car, bien sûr, la blague de Tex est d'un registre gras. Et ça vaudrait les Assises ? La correctionnelle eut suffi.

C'est qu'on est très vétilleux sur le service public. Mais dans ce filtre inquisitorial il y a des trous énormes qui laissent passer d'intéressantes remarques. Laurent Ruquiez sur ONPC. "Trump est le seul Donald dont on aimerait qu'il soit abattu pour cause de grippe aviaire". Rires garantis et obligés.

Florence Foresti toujours sur le service public. Question. "Avez-vous déjà souhaité la mort de quelqu'un ?". Réponse de la comédienne. "Je crois pas. Si Trump ! Et je pense qu'il va se faire descendre. J'ai décidé qu'il allait se faire descendre". Applaudissements nourris. Car appelé à tuer Trump ce n'est pas sexiste.

Je vais prendre quelques risques à mon tour. Nous sommes en 1918. C'est la fin de la guerre. La duchesse de la Rochefoucauld tient salon faubourg St Germain. Un officier rentre : "Est-ce que vous savez que le fils Camondo (un banquier juif de l'époque) vient de se faire tuer aux commandes de son avion?". Un des hôtes de la duchesse : "y'a pas à dire les Juifs se sont bien conduits pendant cette guerre". La duchesse : "Normal c'était une guerre d'usure". Et maintenant une histoire que toute la banlieue connait. "Mohammed et Mamadou sont dans une voiture. Qui conduit la voiture ? La police!". Comme Tex je m'empresse de faire acte de contrition auprès des Juifs, des arabes et des noirs que j'aurais pu blesser.

 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !