La semaine où la classe politique a mis le feu à son propre bûcher des vanités | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
La ministre Fleur Pellerin s'obstine à se mêler de la vie des entreprises privées.
La ministre Fleur Pellerin s'obstine à se mêler de la vie des entreprises privées.
©Reuters

Les entrepreneurs parlent aux Français

La semaine où la classe politique a mis le feu à son propre bûcher des vanités

Les ministres Arnaud Montebourg et Fleur Pellerin s'obstinent à se mêler de la vie des entreprises privées, prouvant une fois encore que l’essentiel de l’énergie de nos politiques est utilisé à détruire leur adversaire ou ceux qui pourraient le devenir au lieu de se consacrer à redresser la France.

Denis Jacquet

Denis Jacquet

Denis Jacquet est fondateur du Day One Movement. Il a publié Covid: le début de la peur, la fin d'une démocratie aux éditions Eyrolles.  

Voir la bio »

La quinzaine passée illustre la politique telle qu’on ne la voudrait plus. Cette politique que les entrepreneurs, qui se manifestent de plus en plus bruyamment sans tomber dans la petite bataille de quartier et la critique facile, rejettent en bloc. Voici un nouveau dictionnaire à l’attention des bien-entendants que les Français pourront acheter massivement, relançant ainsi l’édition !

Les municipales prouvent chaque jour, à la réaction des électeurs, des Français, des citoyens, qu’ils attendent désespérément une vision, des propositions réalistes, le dessin d’un avenir possible à travers les solutions à l’emploi. Les entrepreneurs proposent une politique différente, une redéfinition des acteurs, un enrichissement des parcours et des provenances de ceux qui nous gouvernent. Ils proposent la réduction de la durée des mandats et le retour à tous les citoyens de ce pouvoir, confisqué par la haute administration, qui souffre de l'absence de partage, d’une pensée dangereusement unique et d’un unique parcours vers la dette. La dette qui permet de payer le prix des promesses mensongères et de maintenir sur chaque Français l’emprise de l’état qui les drogue afin de maintenir son pouvoir.

Les électeurs n’en peuvent plus de ces actes sans âmes, de ces hommes sans vision, de cette vanité qui les perfuse à la sensation d’immunité, cette sensation qui excuse, à leurs yeux, tous les excès. La normalité pour eux consiste à faire ce qu’ils veulent, selon leurs règles et leurs désirs.

Ce qui frappe dans les affaires qui secouent l'UMP, c'est le fait que l’essentiel de l’énergie de ces adultes au CV immaculé, au QI élevé, est utilisé à détruire leur adversaire ou ceux qui pourraient le devenir. Utiliser ainsi son intelligence devrait être puni par la loi plus surement que le favoritisme. Car à boire ainsi la coupe du pouvoir, ce sont les Français qui trinquent.

Le mensonge d’Etat. Comment ces mêmes intelligences peuvent-elles encore penser que leurs mensonges ne seront pas découverts ? C'est une insulte aux français. Oser prétendre que l’on ne se sait pas qu’un ancien président est sur écoute. Même le plus trépané de nos concitoyens ne le croirait pas une seule seconde. Mentir au journal de 20h devrait lui aussi être puni d’éviction de toute fonction politique. Nos gouvernants si prompts à décréter qu’un acte est répréhensible et à menacer d'une peine souvent disproportionnée les coupables devraient se l’appliquer à eux-mêmes. Mensonge d’Etat, adieu l’Etat !

La bêtise d’Etat. Le plus pénible reste quand même ce Montebourg. La honte de ce pays. Incapable de travailler en silence, il préfère ne rien faire mais bruyamment. Comment ce ministre de l’Enroulement contre-productif peut-il se mêler de la vie des entreprises privées ? Au nom de quelle règle Poutinienne d’ingérence dans la vie privée des sociétés ? Quand va-t-il comprendre qu’il faut cesser de détruire par quelques déclarations - ou plutôt diarrhées verbales - ce que le président essaie de reconstruire ? Ce dernier invite les investisseurs à se sentir bien chez nous en les invitant à l’Elysée. Montebourg leur indique exactement le contraire ensuite. L’un tente de les faire entrer pendant que le second leur ouvre la porte de sortie. La liberté des affaires est aussi importante que la liberté de la presse et d’expression. Aucun ministre, sauf dans les dictatures, ne peut faire à la place des entrepreneurs et des dirigeants d’entreprise. Excepté Montebourg. Au yeux d'un entrepreneur, cette attitude est insupportable. D’autant qu’une fois de plus, ce ministre prouve son absence totale d’influence et de pouvoir. Il allume le feu sous son propre bûcher des vanités. Chacun prie pour que le remaniement puisse laisser en place les ministres réellement consacrés au redressement de la France.

Même Fleur Pellerin y va de son couplet. Alors qu’elle est tellement proche des entrepreneurs. « J’ai exigé » des contreparties en termes d’emploi. Il ne faut pas mettre le doigt dans cet engrenage. Surtout à l’aube des Assises de la Jeunesse Entrepreneuriale. Sinon quel sera le message ? Quand vous aurez du succès, que votre entreprise aura réussi, sa récompense sera sa mise sous tutelle de tout ministre qui souhaite faire croire au bon peuple qu’il a le pouvoir sur les choses et les gens. Comme au temps de la royauté. Nous ne serions qu’objets de droit mais pas sujets de droit. Au 21ème siècle !! A l’heure du numérique et de la mondialisation. La réalité est qu’une entreprise fait en fonction de ses contraintes à être la meilleure et non en fonction du désir de manifestation de pouvoir des ministres. De droite ou de gauche. Nous hurlons sur Poutine et nous conduisons comme lui. Moins choquant !! Après tout ce ne sont que des entreprises !! Mais non. La liberté n’a pas de définition variable. Elle est ou n’est pas. Si elle est, elle l’est pour toute entité, morale ou physique.

C’est malheureux. Mais cela appuie nos candidatures dans les arrondissements de Paris et en province. Nous serons le rempart à l’atteinte aux libertés mais surtout l’écran aux vanités et le pédagogue de la réalité de l’entreprise. Nous nous interdirons d’aller au-delà de deux mandats, afin d’éviter l’ivresse du pouvoir et de devenir accroc au pouvoir. La mère de tous nos soucis. L’opium des élites.

L’Etat devrait selon les politiques régler chaque détail de notre vie. Même pour un non libéral, cette affirmation qui explique la frénésie normatrice qui transforme notre vie en cauchemar administratif et détourne les entreprises de l’efficacité et de la croissance, devrait faire peur. Mais les drogués en sont persuadés et sans intervention extérieur, les drogués ne se guérissent pas. Soyons ces extérieurs là et aidons vite, avec le soutien des citoyens, notre pays à reprendre le chemin de la liberté. Et enfermons les « bouffons » des Rois. A l’époque, ils avaient une haute fonction : éviter les drames en réduisant la pression par l’humour. A l’époque, l’humour ne consistait à faire croire qu’ils étaient « le Roi à la place du Calife » !!

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !