La retraite à 60 ans a un prix et les retraités sont sur le point de le payer | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Le Medef propose de désindexer les retraites complémentaires Agirc et Arrco de l'inflation sur une durée de cinq ans afin de réduire le déficit du régime des retraites.
Le Medef propose de désindexer les retraites complémentaires Agirc et Arrco de l'inflation sur une durée de cinq ans afin de réduire le déficit du régime des retraites.
©Reuters

Sortez le porte-monnaie

La retraite à 60 ans a un prix et les retraités sont sur le point de le payer

Le Medef propose de désindexer les retraites complémentaires de l'inflation sur cinq ans afin de réduire le déficit du régime des retraites. Le gouvernement songerait même à désindexer une partie des régimes de base.

Marc Fiorentino

Marc Fiorentino

Marc Fiorentino a œuvré pour des banques d'affaires américaines en Europe durant seize ans, puis a créé sa propre société de Bourse, Euroland Finance, et en 2007, un site de conseil en investissement financier, Allofinance.com.

Il est l'auteur de Sauvez votre retraite, paru le 17 janvier 2013 aux éditions Robert Laffont

Voir la bio »

Atlantico : Le Medef propose de désindexer les retraites complémentaires Agirc (régime complémentaire des salariés cadres) et Arrco (régime complémentaire de tous les salariés du secteur privé) de l'inflation sur une durée de cinq ans afin de réduire le déficit du régime des retraites. Une telle mesure se traduisant inéluctablement par une perte de pouvoir d'achat, les retraités sont-ils en train de payer le refus de décaler l'âge de départ à la retraite (voir le retour à 60 ans adopté par François Hollande en début de mandat) ?

Marc FiorentinoLa proposition du Medef est anecdotique. Elle va dans la bonne direction mais elle revient à distribuer des seaux aux passagers du Titanic en plein naufrage. L’heure pour les retraites n’est plus aux mesurettes, ni même aux mesures mais à une véritable révolution. Nous fonçons droit dans le mur.

Les chiffres disponibles sont effrayants, ils ne sont ni de gauche ni de droite, ni libéraux, ni socialistes. A simple titre d'exemple, le déficit du système des retraites dépassera les 20 milliards d'euros, le nombre d’actifs par inactif est passé de quatre en 1960 à 1,8 en 2013. Enfin, l’Agirc et l’Arcco n’auront plus de réserves dès 2017. Il faut donc un électrochoc, une mobilisation sans précédent pour sauvez les retraites des Français. Des futurs retraités ou des retraités actuels.

De même, le gouvernement pourrait envisager une désindexation d'une partie des régimes de base. Les retraités étaient-ils les seuls à ne pas participer à l'effort de rigueur promu par François Hollande ? Une baisse des pensions de retraite est-elle à terme inéluctable pour parvenir à l'équilibre des comptes ? Quelles réformes doivent être prioritaires pour atteindre la pérennité des comptes des retraites ?

Le gouvernement s’est lancé dans la chasse aux épargnants. Plutôt que de réduire drastiquement les dépenses publiques, plutôt que de s’attaquer au grand gaspillage public, un gaspillage qui est autant de droite que de gauche, il a décidé d’aller chercher de l’argent là où il est.

C’est plus simple à court terme mais totalement dramatique à long terme. Les riches d’abord, ou plutôt les ménages aisés, puis les entrepreneurs. Et maintenant les retraités. Les retraités détiennent une partie importante de l’épargne immobilière et financière française. Ce seront les prochaines victimes.

Pour résoudre ce problème, les mesures sont malheureusement douloureuses mais incontournables :

  • Allongement de la durée de cotisation avec une mobilisation sur l’emploi des seniors et une indexation de la durée sur l’espérance de vie

  • Alignement des retraites du secteur public sur celles du secteur privé

  • Réduction des retraites

  • Unification des systèmes de retraites

  • Et obligation de souscription à un système de retraites complémentaires par capitalisation

Comment les retraités peuvent "combler" ce manque à gagner ? Comment peuvent-ils préparer leur retraites ? Quels produits ou placements sont à leur disposition ?

Les retraités vont être harcelés par le gouvernement et les collectivités locales. Mais également par les générations suivantes. Ils doivent s’organiser et se protéger. Leur priorité n’est pas de combler le manque à gagner. Leur priorité est d’assurer leur indépendance. Le fléau pour les retraités c’est la dépendance. Et si le problème des retraites n’a pas encore été abordé, celui de la dépendance, une bombe à retardement, n’est même pas évoqué.

Les retraités qui possèdent un bien immobilier sont "sauvés". Ils pourront toujours obtenir une rente par des systèmes modernes de viagers qui vont être proposés dans les années à venir. Ceux qui sont locataires doivent absolument se constituer une épargne de précaution. L’assurance vie reste de loin le meilleur placement pour un retraité. Il existe plusieurs solutions que je décris dans "Sauvez votre retraite".

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !