La moitié des hommes d'Europe occidentale seraient les descendants d'un seul "roi" de l'Âge de bronze | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Science
La moitié des hommes d'Europe occidentale seraient les descendants d'un seul "roi" de l'Âge de bronze
©Capture d'écran

It's good to be a king

La moitié des hommes d'Europe occidentale seraient les descendants d'un seul "roi" de l'Âge de bronze

Une vraie postérité.

Quand on dit que le roi a des privilèges… Selon une nouvelle étude, la moitié de tous les hommes de l'Europe occidentale descenderaient d'un seul homme, qui aurait vécu à l'Âge de bronze, et qui aurait été un des premiers chefs tribaux à prendre le pouvoir en Europe.

Ce "roi" aurait été le père d'une génération de nobles qui auraient ensuite essaimé l'Europe. Selon les scientifiques, il aurait établi sa domination sur le continent grâce à des innovations technologiques, comme le transport par roues, ou la forgerie de métaux, qui lui auraient donné une supériorité sur le champ de bataille, même si c'est une hypothèse qui reste à confirmer. De telles innovations auraient permis au groupe dirigé par ce "roi" d'être les premiers à mener des batailles organisées, et donc avoir une supériorité militaire importante.

Cette époque correspond à la fin de l'époque néolithique, où les sociétés relativement égalitaires ont été remplacées par des sociétés hiérarchisées dirigées par des élites.

L'étude a analysé les différences de séquences génétiques entre les chromosomes Y de plus de 1 200 hommes de 26 populations réparties à travers le monde. Les mutations du chromosome permettent aux généticiens d'établir des arbres généalogiques. Le chromosome Y est exclusivement transmis de père en fils et est donc lié à des caractéristiques masculines.

Les scientifiques ont découvert une explosion du nombre d'hommes qui portaient un certain type de chromosome Y, en quelques générations. Les 1 200 chromosomes Y viennent tous d'un seul homme qui a vécu il y a environ 190 000 ans. 

Lu sur le Telegraph

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !