La minute (des deux) blonde(s) : le FN gagne les régionales, qu’est-ce qu’on en a à foutre ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Marion MAréchal-Le Pen est arrivée en tête du premier tour des régionales en Paca.
Marion MAréchal-Le Pen est arrivée en tête du premier tour des régionales en Paca.
©Reuters

Développement pas durable

La minute (des deux) blonde(s) : le FN gagne les régionales, qu’est-ce qu’on en a à foutre ?

Si un Front national à la tête de plusieurs régions fait frémir la classe politique et médiatique, son potentiel de nuisance reste théoriquement faible.

Antoine Bueno

Antoine Bueno

Antoine Bueno est écrivain et chargé de mission au Sénat. Il se produit aussi dans son seul en scène, "Antoine Bueno, l'Espoir".

Voir la bio »

Depuis dimanche, 20h, les chialeuses de la République ont repris du service : "Bouh ! J’ai mal à ma France ! Bouh ! Marine au Nord, Marion au Sud, c’est l’Apocalypse cardinale ! Qu’est-ce qu’on va devenir ?"

Séchez vos larmes : on n’en n’a rien à foutre !

Ok, le FN peut gagner 6 régions. Et alors ? Il va faire quoi ? Sortir la région PACA de l’Euro ? Brûler les livres de BHL ? Gaver de porc les musulmans locaux ?

Par-delà les slogans, les rappels incantatoires aux "heures les plus sombres de l’Histoire", de quoi a-t-on peur ?

La vérité, c’est que le FN ne pourra rien en faire, de ses régions !

En témoigne d’ailleurs son programme dont la mesure la plus politique est… la suppression de subventions aux associations du planning familial ! Et peut-être à quelques cultureux sous perfusion… Alors oui, c’est sans doute bien choquant, bien triste, bien regrettable, bien dommage… Sans doute… Bouh…

Mais ça n’est certainement pas ce qui changera le visage de la France !

A vrai dire, cela, les chialeuses de la République, le savent très bien. Parce qu’elles voient plus loin. Elles sont comme ça nos vierges effarouchées, toujours un coup d’avance. En l’occurrence, la présidentielle.

Les régionales 2015 préfigureraient l’intronisation de 2017. C’est donc pour ça que l’on pleure…

Encore une fois, séchez vos larmes, pas de drame à l’horizon !

Certes, Marine Le Pen sera au second tour de la présidentielle. Et alors ? Comme son père en 2002, on sait très bien qu’elle n’a aucune chance de passer ensuite !

A moins… A moins qu’elle ne parvienne à réunir 50% des suffrages exprimés sur son nom… No kidding ? Quel politologue sérieux peut défendre un tel pronostic ? Pas pour ce coup là, à tout le moins…

A moins… A moins que le FN ne cartonne aux législatives et que le nouveau Président, s’il est de droite, ne lui offre des ministères… No kidding ? Quel politologue sérieux peut prétendre que la droite républicaine est prête à ça ? Pas pour ce coup là, à tout le moins…

Et si, malgré tous les "si", ce second scénario finissait par arriver quand même… Bouhou, on peut chialer là ?

Même pas ! Il n’y a rien de pire pour le FN que le pouvoir !

A chaque fois qu’il l’a eu, il s’est discrédité ! Confère Orange ou Marignane.

Son programme est totalement inapplicable ! Ou conduirait à un début de banqueroute telle que celle de 1981… vite corrigée en 83 !

Vous voulez vous débarrasser du FN, mettez-le aux affaires !

C’est ce que finira par comprendre la droite républicaine. Qui finira bien par lui faire le baiser de Judas. Comme Mitterrand l’avait fait avec le PC. Et a eu sa peau. 

Si la droite républicaine proposait au FN d’entrer au gouvernement, il serait dans la nasse. Soit il refuserait et son électorat ne comprendrait plus. Ce ne serait pas tenable longtemps. Soit il accepterait et serait rattrapé, comme tout parti, par la real politique.

Au pire donc, si le FN accédait ainsi au pouvoir, la France expérimenterait un épisode à l’autrichienne, avec Jorg Haider : trois petits tours et puis s’en va.

De quoi chialer ?

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !