La lapidation pour les homosexuels ! L’État qui a instauré ce châtiment est toujours membre des Nations unies | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
La lapidation pour les homosexuels ! L’État qui a instauré ce châtiment est toujours membre des Nations unies
©AFP

Quelle est bonne, l’odeur du pétrole…

La lapidation pour les homosexuels ! L’État qui a instauré ce châtiment est toujours membre des Nations unies

Il n’est certes pas notre ami. Mais nous le considérons comme un partenaire précieux

Benoît Rayski

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio »

Les pierres, c’est pas cher : il suffit de se baisser pour en ramasser. C’est en tout cas bien meilleur marché que la corde d’une potence. Et beaucoup plus économique que les balles d’un peloton d’exécution.

Soucieux de ses deniers, le sultanat de Brunei a donc décidé de faire appel aux pierres. Jusqu’à maintenant il pratiquait une charia dont il a jugé qu’elle n’atteignait pas la perfection des temps jadis. Il y a remédié en instaurant la lapidation pour les homosexuels et pour les femmes adultères.

Qui s’indigne ? Qui proteste ? Personne ou presque. La France, timorée, a fait savoir qu’elle n’approuvait pas cette mesure. Le courage aurait voulu autre chose.

Le sultanat de Brunei est une poussière dans l’océan Indien. Mais ce petit rien est gorgé de pétrole. Des milliards et des milliards. Le sultan de Brunei est un des hommes les plus riches du monde. Qui voudrait se fâcher avec lui ?

L’ambassadeur de France est toujours en poste à Brunei. Le sultanat de cette île si enviée est toujours membre de la Conférence islamique. Et aucune procédure n’a été entamée pour priver Brunei de son siège à l’ONU. À partir d’un certain nombre de milliards on devient immédiatement respectable.

L’autre jour, place de la République, s’est produit un événement qui n’est pas sans rapport avec les mœurs en vigueur à Brunei. Lors d’une réunion de protestation contre Bouteflika un transsexuel a traversé la place. Des manifestants qui pratiquent la même religion que le sultan de Brunei l’ont roué de coups. Le transsexuel a porté plainte. Il aurait mieux fait de remercier le ciel de ne pas résider à Brunei.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !