La jurisprudence Barbie : peut-on créer son entreprise et s’habiller en rose ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Consommation
Le physique de Barbie demeure une caricature.
Le physique de Barbie demeure une caricature.
©Reuters

Life in plastic

La jurisprudence Barbie : peut-on créer son entreprise et s’habiller en rose ?

Mattel a dévoilé sa Barbie entrepreneur au salon du jouet de New-York. Une Barbie tout de rose vêtue, en robe et talons aiguilles. Petite nouveauté : elle a une tablette pour être une vraie working girl ! Son look a déclenché la polémique : ça serait une insulte aux femmes entrepreneur.

Catherine Monnot

Catherine Monnot

Catherine Monnot est anthropologue à l'EHESS et professeure d'histoire-géographie dans le secondaire.

Auteure de Petites filles d'aujourd'hui, l'apprentissage de la féminité (Autrement, 2009). Elle vient de publier aux éditions Le Vent se Lève : "Gabriela, Rom de France".

 

Voir la bio »

Atlantico : Mattel a dévoilé sa Barbie entrepreneur au salon du jouet de New-York. Une nouvelle image loin des clichés de princesse qu'on associe à cette poupée. Comment a évolué Barbie en 70 ans ? A-t-elle toujours été représentative de la femme de son époque ou l'a-t-elle constamment caricaturée ?

Catherine Monnot : En 70 ans, Barbie a changé d'abord physiquement : elle s'est allongée et affinée, comme le reste de la population même si évidemment ses mensurations restent surréalistes. Le physique de Barbie demeure une caricature. Du point de vue de ses activités, Barbie s'est aussi modernisée, comme le reste des femmes: elle n'est plus seulement mariée, ou princesse, ou assise devant sa coiffeuse. Elle a un petit ami, des copines, une voiture, un métier, parfois même un camping car pour voir du pays.

Elle apparait comme une jeune femme libre et autonome, qui quitte l'univers strictement domestique, même si son champs d'activités reste réduit à une sphère pensée comme traditionnellement féminine: la beauté, le soins aux autres, les animaux, l'art. Quelques incursions aussi dans le domaine des sciences et des techniques, mais ce n'est pas là ce qui réussit le mieux à Barbie : les petites filles et les parents ne recherchent pas Barbie comme un outil de transgression des codes sociaux. Au contraire, c'est une poupée que l'on offre très jeune, donc un support d'assimilation des normes, un jouet d'identification qui ne doit refléter rien de plus que les rapports et les rôles sociaux de sexe de son époque.

Au regard de l'évolution de Barbie, pensez-vous qu'elle sert ou qu'elle dessert les femmes ?

Barbie est un objet culturel au sens large, et un objet commercial: on ne peut pas lui demander de révolutionner la condition de la femme ni les rapports hommes-femmes. Elle n'est qu'un témoin de son époque, un symptôme, un instantané de son monde et du monde que nous les adultes offrons aux enfants. Il ne s'agit pas d'en faire un bouc émissaire. Simplement, on peut regretter le fait que si Barbie parait souvent ''en retard'', c'est que tout simplement le reste de la société est lui aussi ''en retard''

Etre femme aujourd'hui ne se résume pas à être maquillée, manucurée, à porter des jupes et des talons aiguilles… C'est pourtant toujours ainsi qu'est Barbie (à l'exception, peut-être, des jupes). Barbie véhicule-t-elle une image (trop) idéalisée de la femme ?

Barbie reste très centrée sur son apparence physique car le monde occidental dicte encore aux femmes ce type de comportements. Une femme est une femme principalement parce qu'elle en adopte l'apparence et les manières d'être. Et à toute transgression dans le domaine du travail ou des loisirs, une femme qui ferait une incursion dans le monde des hommes doit réaffirmer son identité féminine en se montrant sous un aspect traditionnel, qui permettent de la réancrer dans le monde des femmes, et un monde hétérosexuel : tenue vestimentaires, maquillage, coiffure, bijoux, etc. Là encore, Barbie astronaute avec son maquillage et ses longs cheveux apparait un peu schizophrène, mais parce que la société dans son ensemble l'est aussi : les femmes footballeuses, ingénieures ou chauffeuses de bus n'ont souvent dans leur vie d'autre choix que de se montrer très féminine pour ''compenser'' et continuer d'attirer sur elles un regard valorisant...

Transmettre cette image aux petites filles n'est-ce pas leur mentir sur la place des femmes dans notre société ? Comment Barbie fait-elle face à cela ?

Barbie est un support ludique parmi d'autres dans une chambre d'enfants, un élément de sa culture parmi d'autres. Il appartient aux parents d'offrir à leurs filles des supports variés, pas seulement des jouets ''de filles'', mais des jouets et des jeux où le rapport au corps et à la beauté ne sont pas centraux, où les filles apprennent des valeurs différentes, basées sur l'endurance, le challenge, où elle développent une image d'elles mêmes plus forte. Les activités de loisirs sont importantes aussi : le sport, la musique, le théâtre permettent de mettre en jeu le corps sans penser à l'esthétique. Lorsque l'éducation des filles aura réellement changé, Barbie suivra le mouvement...

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !