La Grande illusion, un témoignage de première main sur le Brexit | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Europe
Michel Barnier relate son expérience de négociateur en chef du Brexit dans son livre "La grande illusion. Journal secret du Brexit (2016-2020)", publié aux éditions Gallimard.
Michel Barnier relate son expérience de négociateur en chef du Brexit dans son livre "La grande illusion. Journal secret du Brexit (2016-2020)", publié aux éditions Gallimard.
©KENZO TRIBOUILLARD / AFP

Vision de Michel Barnier

La Grande illusion, un témoignage de première main sur le Brexit

Le 23 juin 2016, les Britanniques choisissent de quitter l'Union européenne. Michel Barnier, négociateur en chef du Brexit, a recherché l'unité des vingt-sept Etats membres et du Parlement européen. Michel Barnier revient sur son expérience et sa mission dans "La grande illusion. Journal secret du Brexit (2016-2020)" publié aux éditions Gallimard.

Jérôme Besnard

Jérôme Besnard

Jérôme Besnard est journaliste, essayiste (La droite imaginaire, 2018) et chargé d’enseignements en droit constitutionnel à l’Université de Paris.

Voir la bio »

Si Michel Barnier a échoué de quelques centaines de voix à créer la  surprise lors du vote du Congrès LR destiné à désigner le candidat de la droite parlementaire pour l’élection présidentielle de 2022, il n’en sera pas moins destiné à jouer un rôle important dans les mois qui viennent auprès de Valérie Pécresse notamment au plan international. Sa présence en Arménie auprès de la présidente de la région Ile-de-France en est la preuve. Relire son Journal secret du Brexit couvrant la période 2016-2020 est donc loin d’être inutile, à l’heure où certains effets du Brexit se font sentir en France.

Loin d’être le point de vue d’un fonctionnaire européen déconnecté des réalités, La Grande illusion est le témoignage d’un politique resté imprégné de son expérience d’élu local et national : « Toute ma vie je me suis fait une certaine idée de l’Europe. Jamais cette idée n’a remplacé ou affaibli ma fierté d’être français ni la force de mon patriotisme. »

Cet enracinement se traduit tout au long du livre par un profond respect des nations qui constituent l’UE. Au sein d’une Commission européenne depuis longtemps acquise à la supranationalité, un de ses premiers gestes de responsable de la négociation sur la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne fut de pavoiser le couloir de sa délégation des drapeaux nationaux des 28 États-membres : une petite révolution en soi dans l’immeuble du Berlaymont. A rebours du procès caricatural de l’illibéralisme fréquemment  fait à certains pays d’Europe centrale, on notera ces paroles très mesurées à l’issue d’un entretien avec le Premier ministre hongrois (qui a joué collectif dans l’affaire du Brexit) à Budapest le 4 juin 2018 : « Malgré nos différences, j’ai toujours eu avec Viktor Orban une relation directe. Nous nous sommes parlé franchement. »

À Lire Aussi

LR : comment Éric Zemmour leur fait perdre et la tête et les nerfs

L’intérêt de ce livre est aussi de comprendre que la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne nécessitait des négociations très spécifiques sur des sujets aussi sensibles que Gibraltar avec l’Espagne, les bases militaires britanniques à Chypres ou bien entendu le maintien de l’ouverture de la frontière terrestre divisant l’Irlande. Autant de legs du passé, remontant parfois à plusieurs siècles où l’équipe de Michel Barnier a dû user de trésors de diplomatie pour déminer les conflits potentiels.

Concernent les droits de pêche des marins français dans les eaux britanniques qui perturbent les relations franco-anglaises depuis plusieurs mois, on constate que le 19 décembre 2020, à quelque jours de l’échéance des négociations, Michel Barnier se battait encore pieds à pieds face aux exigences de ses interlocuteurs du Royaume-Uni dans un domaine « que les Britanniques ont toujours voulu isoler au bout de la négociation ». La proposition anglaise du jour risquait de se traduire « par la destruction de la moitié des flottes européennes qui pêchent dans les eaux britanniques ». L’accord final, préservant juridiquement les intérêts des pêcheurs français ne sera obtenu que le 24 décembre. Les tensions actuelles résultent du fait que le Royaume-Uni tente aujourd’hui de regagner hors des clous ce qu’il a dû consentir hier.

Pour toutes ces raisons ce livre restera comme le témoignage de première main d’un des tournants de l’histoire européenne contemporaine.

Jérôme Besnard

Michel Barnier, La grande illusion. Journal secret du Brexit (2016-2020), Gallimard, 544 p., 23 euros.

À Lire Aussi

Une nouvelle tripartition à la droite d’Emmanuel Macron

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !