La grande déception des Libanais | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
La grande déception des Libanais
©JOSEPH EID / AFP

Législatives

La grande déception des Libanais

Sans surprise, les partis traditionnels sortent grands gagnants des élections législatives libanaises. L'abstention, elle, est bien plus élevée que neuf ans auparavant avec seulement 49% de taux de participation contre 54% aux dernières élections et ce, malgré la modification des règles électorales votée l'année dernière.

Etienne  Augé

Etienne Augé

Étienne Augé est spécialisé en propagande et diplomatie publique. Il a enseigné la communication et le cinéma de masse pendant dix ans au Liban et en Europe centrale. Il est aujourd'hui "Senior lecturer" en communication internationale à l'Université Erasmus de Rotterdam, et vient de publier son premier roman, Loubnan.

Voir la bio »

Atlantico : Les résultats des élections législatives au Liban sont tombés et les partis traditionnels sortent grand gagnants du scrutin, notamment le Hezbollah. Comment interprétez-vous ces résultats et quelle seront leur portée au niveau national?

Etienne Augé : Pour beaucoup de Libanais ces résultats sont décevants. Le premier constat à faire c'est l'immobilisme comme résultat du scrutin. C'est une victoire des partis traditionnels qui sont gouvernés eux-mêmes par les mêmes familles depuis des décennies qui ont remporté l'élection.

Il y a eu quelques surprises comme le parti indépendant Koullouna Watani qui a eu au moins une députée et on note qu'il y a eu 10% de femmes qui se présentaient ce qui est beaucoup plus qu'à la dernière élection neuf ans auparavant. Mais au niveau national rien ne change.

Pour analyser et comprendre ces résultats il faut garder en tête qu'on ne peut pas parler d'un seul peuple libanais. Que les divisions et une certaine forme de féodalisme sont très présentes dans le pays. Chacun va défendre littéralement son territoire contre celui qu'il considère comme étant l'ennemi, on défend ses intérêts locaux voir ultra locaux sans qu'il n'y ait de projet global pour le Liban.

Autant de divisions sur fond d'une peur qui vient à la fois de l'Est et du Sud. Beaucoup considèrent que le Hezbollah est la meilleure défense à la fois contre l'Etat islamique en Syrie et Israël au Sud. Le Hezbollah joue de cet équilibre de la terreur, ce qui fait que beaucoup vont le considérer comme la "Résistance". Nasrallah avait même écrit une lettre dans Le Monde pour expliquer que c'était comme la résistance française alors que cela n'a évidemment rien à voir.

Il faut comprendre la détresse des Libanais. L'absence de projet national et l'enfermement dans une volonté de résistance fait que le pays est en train de s'enfoncer avec le reste de la région.

Comment interprétez-vous ces chiffres de l'abstention alors mêmes que les règles électorales avaient été modifiées l'année dernière ce qui aurait dû permettre une plus grande mobilisation ?

Il y a eu 49% de taux de participation contre 54% aux dernières élections. La modification des règles électorales l'année dernière devait permettre de pousser 800 000 personnes de plus aux urnes et on voit que cela n'a clairement pas été le cas.

Il y a plusieurs éléments explicatifs à ce résultat mais un des premier selon moi est le découragement de la population qui va se dire "de toute façon cela ne va rien changer, autant aller à la pêche" alors que les contextes nationaux et régionaux font que la mobilisation serait une question de survie au vu des enjeux.

Il y a aussi les difficultés techniques à voter qui sont propres au pays. Les infrastructures rendent le déplacement souvent difficile au cœur du pays. Beaucoup d'expatriés ont également manifesté la difficulté qu'ils ont eu à voter. Pour rappel le Liban c'est 6 millions de Libanais qui vivent dans le pays et 14 millions d'expatriés. Enormément de jeunes ont perdu espoir et au lieu d'essayer de changer les choses directement au cœur de leur pays préfèrent s'expatrier.

Au niveau régional que signifie cette victoire du Hezbollah ? Cette élection aura-t-elle des conséquences en dehors du simple cadre national ?

Il est tôt pour tirer des conclusions et au Liban les événements sont presque impossibles à prévoir. Ce que l'on peut dire c'est que c'est une confirmation de la tendance actuelle avec un Hezbollah et un Iran qui est en train d'étendre son influence sur le Liban et au Moyen-Orient. Reste à voir comment les Saoudiens vont réagir mais cela n'a pas dû être une surprise pour eux non plus.

Tout ce qu'il y a à espérer c'est que l'on ne se dirige pas vers une nouvelle escalade des tensions qui pourrait aboutir à de nouveaux épisodes de violence.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !