La France vue par les USA. L’incompréhension | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
La France vue par les USA. L’incompréhension
©ERIC FEFERBERG / AFP

Les entrepreneurs parlent aux Français

La France vue par les USA. L’incompréhension

Incompréhension. Consternation. Ce sont les mots qui reviennent le plus souvent dans les conversations lorsqu’on parle de la France ici à New York ou Miami.

Denis Jacquet

Denis Jacquet

Denis Jacquet est fondateur du Day One Movement. Il a publié Covid: le début de la peur, la fin d'une démocratie aux éditions Eyrolles.  

Voir la bio »

Comment un pays si gâté, que tant d’Américains envient, peut-il être son pire ennemi, gémir sans cesse et ne se réformer jamais ? Comment les Français peuvent ils être assez myopes, pour ne pas comprendre leur bonheur par rapport à 90% de la planète ? Comment un Président qui paraissait avoir tous les stigmates, positifs pour une fois, d’un premier de la nouvelle classe politique, a t-il pu briser un élan tellement positif, tout sourire dehors, pour une grimace devant un Paris –entre autre- qui brûla tous les week-end pendant près de 6 mois ? Pourquoi ? Why, en français dans le texte !

Tout d’abord, les Américains réalisent que notre Président peut avoir changé le style de la politique Française, mais pas le fonds des Français. C’est le pays du « NON » et d’une forme de violence. Un pays qui déteste l’argent et ceux qui le gagnent, qui détestent ceux qui devraient le gagner pour les autres et jamais pour eux mêmes. Le fait d’avoir un Président qu’ils aimeraient tant avoir, intelligent, cultivé, empreint d’un esprit de réforme et voir comment le peuple, rêverait de lui couper la tête après à peine 18 mois de pouvoir, les sidère et les fascine.

Le point culminant ici, fut le moment où des débats dignes d’un triste poisson d’avril, laissèrent la parole à des gens capables de trouver à redire au fait que des « riches » puissent avoir envie de donner une partie de leur fortune pour l’un des plus beaux et des plus visités, bâtiments de Paris, en feu quelques heures plus tôt. 

Ici, ils auraient été applaudis, on aurait trouvé cela à la fois magnifique et tellement normal. Voir que certains s’en plaignent, les a laissé songeur. Pour le moins. Il faut reconstruire ce joyaux, rapidement, en donnant du travail aux Compagnons, principalement français, ce qui accessoirement donnera de l’emploi à des milliers de personnes pour 10 ans au moins (malgré que Emmanuel Macron souhaite les transformer en personnage Marvel, version Flash, et leur faire reconstruire cela en 5 ans), et revalorisera des métiers manuels magnifiques, qui pourront être mis en avant, mais sans les riches ?

Cela permettra à l’horticulteur à qui Macron indiquait qu’il fallait traverser la rue pour trouver du travail, qu’il n’aura même pas à la traverser. Et les Français, certains Français, mais tellement typique de cette médiocrité de gauche à la Française, pétrie de jalousie, pour des personnes souvent d’origine modeste et qui n’ont pas volé leur fortune, qui l’ont gagnée, pendant que ces députés pillent d’un salaire indécent et de frais incontrôlés, les finances publiques, sans certitude de résultat. Voire même de moyens !

Les Américains qui parfois vendent leur maison pour payer une lourde opération chirurgicale, faute d’une couverture suffisante, regardent atterrés ces Français perclus d’aides de toute nature, qui trouvent encore le moyen d’en réclamer plus, sans le moindre égard pour le coût qui lui est associé. Après moi le déluge, pour ce peuple qui se prétend souvent chrétien et collectiviste. Dans ce pays, dans lequel plus de 16 million d’enfants vivent sans un accès à l’alimentation, dans lequel 18 million d’Américains ont simplement renoncé à chercher un emploi et viennent grossir le rang des nouveaux pauvres, cette infinissable complainte du rond point jaune, leur laisse une image dégradée de ce pays, qu’ils associent au savoir-vivre et au bon temps à vivre.

Notre image est déplorable et attriste les Américains, qui majoritairement, aiment la France et même les Français. Quel dommage, car c’est aussi ce qui conditionne les investissements dans notre pays. Et ce spectacle, n’est pas très vendeur de ce qu’est notre pays. Passons du jaune au vert, le plus vite possible !

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !