"La France pour la vie" : 73% des Français assurent que le livre de Nicolas Sarkozy ne changera pas l'opinion qu'ils ont sur lui | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
"La France pour la vie" : 73% des Français assurent que le livre de Nicolas Sarkozy ne changera pas l'opinion qu'ils ont sur lui
©

Info Atlantico

"La France pour la vie" : 73% des Français assurent que le livre de Nicolas Sarkozy ne changera pas l'opinion qu'ils ont sur lui

D'après un sondage exclusif IFOP pour Atlantico, 73% des sondés assurent que le prochain livre de l'ancien président de la République ne changera rien à l'image qu'ils ont de lui. Un constat implacable, même chez les sympathisants politiques du leader du parti Les Républicains.

Jérôme Fourquet

Jérôme Fourquet

Jérôme Fourquet est directeur du Département opinion publique à l’Ifop.

Voir la bio »

Atlantico : Quel est selon vous le principal enseignement à retenir de ce sondage ?

Jérome Fourquet : Il y a deux enseignements importants. Le premier, c'est que la cote de popularité de Nicolas Sarkozy aujourd'hui se situe à un niveau relativement faible, puisqu'il n'y a que 28% des Français qui ont une bonne opinion de lui, alors que 40% en ont une très mauvaise (72% en ont une mauvaise opinion). A l'heure où la campagne pour la primaire de la droite et du centre semble démarrer, Nicolas Sarkozy part avec un handicap certain en termes d'image et de popularité. Certes, 70% de l'électorat Les Républicains ont une bonne opinion de lui, mais vous en avez encore 30% qui ont une mauvaise image de lui, alors que c'est son électorat naturel. Il a donc un handicap d'image à la fois chez les Français, mais aussi chez ses électeurs traditionnels.

Le deuxième enseignement concerne le livre que Nicolas Sarkozy a décidé de publier, à l'heure où Alain Juppé est à l'offensive. Un livre mi-programme mi-confessions sur son mandat précédent, dans ce contexte particulier d'image très dégradée. Il publie ce livre dans l'espoir de surmonter son handicap et de renouer le lien avec les Français. Le résultat de la seconde question de ce sondage apporte un éclairage intéressant sur l'impact éventuel de cet ouvrage, avant même qu'il ne soit disponible en librairie, sachant que c'est un exercice compliqué car on ne connaît pas encore la teneur exacte du contenu, et les Français non plus. D'ailleurs, 20% d'entre eux nous disent qu'ils attendent de voir le contenu de ce livre pour se positionner concrètement. Une fois qu'on a dit ça, on remarque, conjointement au fait que 72% des Français ont une mauvaise opinion de lui, qu'une proportion similaire (73%) estime qu'en l'état actuel des choses, la sortie de ce livre ne changera rien à leur opinion sur Nicolas Sarkozy. 20% ne veulent pas se prononcer, 4% pensent que cela peut changer en bien, 3% pensent que cela peut changer en mal ; mais l'écrasante majorité pensent que l'opinion qu'ils ont de cet homme est déjà suffisamment constituée pour que la sortie de ce livre, quel que soit son contenu, ne soit capable de modifier leur jugement.

Cela nous incite donc à penser que l'impact de ce livre sera sans doute à relativiser et ne pourra pas forcément faire bouger les lignes. Vous avez par exemple deux tiers de l'électorat Les Républicains qui pensent que leur opinion est déjà forgée et qu'elle ne bougera plus, en bien ou en mal. 76% pour les sympathisants du Front national, et 70% à l'UDI.

De quelle manière l'opinion des Français sur Nicolas Sarkozy influe-t-elle sur les attentes qu'ils ont de son livre ?

En ce qui concerne ceux qui ont une bonne opinion de Nicolas Sarkozy aujourd'hui, qui se recrutent évidemment plutôt à droite, 13% d'entre eux nous disent qu'ils pourraient changer positivement d'avis sur lui en fonction de ce qu'il y a dans le livre, 5% nous disent que leur avis pourrait changer négativement, 50% pensent l'aimer déjà et que cela ne changera pas, et enfin 32% attendent de voir le livre. On voit donc que l'impact attendu de la sortie de ce livre auprès du public qui l'apprécie déjà ne devrait pas faire bouger les lignes, ce qui est assez logique et normal.

Là où les choses sont plus intéressantes, et le livre est là pour cela, c'est la tentative de refaire basculer vers un jugement positif toute une partie de ceux qui, aujourd'hui, perçoivent négativement Nicolas Sarkozy. Or, auprès de ces 72% de la population qui ont une mauvaise opinion de lui, 81% nous disent que ce livre ne changera rien à l'image négative qu'ils ont de l'ancien président de la République. Ils ne sont que 16%, ce qui reste malgré tout une minorité non négligeable, à déclarer qu'ils pourraient revoir totalement leur jugement en fonction du contenu du livre. Donc si vous calculez les 16% des 72% qui ont un mauvais jugement, vous avez environ 12% de la population n'appréciant pas Nicolas Sarkozy qui dit : "en fonction du livre, pourquoi pas…". Ils attendent raisonnablement de voir les preuves d'un changement de sa part.

Je pense donc que les deux chiffres à retenir sont les 72% de sondés qui ont une mauvaise image de Nicolas Sarkozy ; et parmi ces gens-là, 81% ne pensent pas qu'ils seront bouleversés dans leur jugement négatif, y compris s'il y a des choses très intéressantes dans le livre. Si on affine encore l'analyse et qu'on s'attarde sur ceux qui ont une mauvaise opinion de lui tout en étant affiliés à Les Républicains, qui sont le cœur de la cible de l'ouvrage (ramener à lui un électorat de droite qui s'est éloigné), on remarque que 75% disent également que le livre ne changera pas l'opinion qu'ils ont de lui. Et 20% affirment qu'ils pourraient de nouveau se laisser séduire.

On verra bien ce qui arrivera, mais on constate aujourd'hui une France un peu tangente qui demande peut-être à être de nouveau séduite et convaincue, mais, y compris dans l'électorat de droite mécontent, la grande majorité des sondés se disent fermement ancrés dans leur opinion négative de Nicolas Sarkozy.

 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !