L’implacable valse du club des milliardaires qui en 20 ans a remplacé la moitié de ses membres | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
L’implacable valse du club des milliardaires qui en 20 ans a remplacé la moitié de ses membres
©Reuters

Alors, Piketty ?

L’implacable valse du club des milliardaires qui en 20 ans a remplacé la moitié de ses membres

Les riches sont toujours plus riches, les pauvres toujours plus pauvres. Vrai ou faux ?

Pascal-Emmanuel Gobry

Pascal-Emmanuel Gobry

Pascal-Emmanuel Gobry est journaliste pour Atlantico.

Voir la bio »

Dans le film "Ah ! Si j'étais riche", Jean-Pierre Darroussin joue un Monsieur Tout-le-monde qui gagne le gros lot du Loto mais doit le cacher à sa femme parce qu'il est entrain de divorcer. Il place son argent à la banque et s'étonne de découvrir que le pactole augmente. Son banquer lui explique que l'argent est placé. "Quand on est riche, on reste riche", dit-il. "Et quand on est pauvre, c'est pareil !" blague-t-il en pouffant.

En réalité, pas forcément. C'est ce que révèle une étude de la banque d'affaires suisse UBS et du cabinet d'audit PricewaterhouseCoopers (PwC), que relaie Bloomberg(http://www.bloomberg.com/news/articles/2015-12-15/most-billionaires-can-t-stay-that-rich-after-20-years-ubs-says). Après 20 ans, la plupart des milliardaires ne le sont plus. Des 289 personnes qui étaient milliardaires en 1995, 126 le sont encore. Des 163 qui ont perdu ce statut, 24 ont vu leur richesse diluée par la famille, 66 les ont perdu à cause de la mort et des impôts, et 73 ont perdu leur argent à cause de déconvenues financières.

"La superrichesse est volatile--très volatile", résume Michael Spellacy, partner chez PwC.

En parallèle, la richesse totale a augmenté. Il y a plus de nouveaux milliardaires pour remplacer ceux qui ont quitté le club select, et ceux qui sont restés dans le club se sont enrichis. Selon le rapport, l'élément clé pour préserver sa richesse sur le long terme, c'est la famille. C'est souvent la deuxième génération qui dilapide la fortune de Papa. Et d'ailleurs, cela sera de moins en moins souvent Papa : le nombre de femmes milliardaires, et notamment de femmes milliardaires qui ont créé leur propre richesse, est en augmentation.

Le mythe des riches qui s'enrichissent et des pauvres qui s'appauvrissent mérite au moins d'être nuancé.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !