L'énigme de la mort de 9 skieurs perdus au fond de la Sibérie peut-être résolue 54 ans après | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Histoire
Les corps de 9 randonneurs soviétiques ont été découverts en 1959.
Les corps de 9 randonneurs soviétiques ont été découverts en 1959.
©DR

Fin de l'histoire ?

L'énigme de la mort de 9 skieurs perdus au fond de la Sibérie peut-être résolue 54 ans après

En 1959, une expédition de 10 étudiants et guides de l'Ecole Polytechnique de l'Oural était partie pour une randonnée de deux semaines vers le Mont Otorten.

C’est l’un des mystères de l’Histoire les plus inexplicables. Près d’un demi-siècle après les faits, cette affaire continue de faire parler d’elle. Il faut dire que tout autour de cette histoire alimente la polémique. Entre absence de témoins oculaires, conclusions quelque peu loufoques des enquêteurs et une interdiction d'accès de la zone pendant trois ans sujette à discussion, il y a de quoi faire. En 1959, une expédition de dix étudiants et guides de l’École Polytechnique de l’Oural partent pour une randonnée de deux semaines vers le Mont Otorten. Composée de huit garçons et deux filles et menée par Igor Dyatlov, cette expédition disparaît mystérieusement à quelques encablures du but.  Ainsi, à l’exception d’une personne, malade, qui avait rebroussé chemin, tous les randonneurs sont retrouvés morts dans des circonstances plus qu’étranges.

Après plusieurs semaines de recherches, les corps des neuf victimes sont retrouvés, dispersés sur les collines enneigées. Parmi les détails les plus curieux, le fait que leur peau présente une couleur orangée et leurs cheveux devenus grisâtres. Certains sont également retrouvés uniquement habillés de leurs sous-vêtements. Plus mystérieux encore : les causes de la mort semblent diverger en fonction des étudiants. Ainsi, deux d’entre eux sont blessés à la tête, deux autres présentent de graves lésions internes à la poitrine et l'une des jeunes femmes n'a plus de langue. Par la suite, des traces de radioactivité seront retrouvées non loin du lieu de campement. Dès lors les interrogations se multiplient. Qu’a-t-il bien pu se passer lors de cette expédition ? Les spéculations sont nombreuses : attaque d’une tribu ou d’un animal sauvage, expérience militaire secrète, ou encore simple coulée de neige ? Les enquêteurs soviétiques conclurent uniquement "qu'une force irrésistible inconnue" causa la mort de ces neuf randonneurs. Pas suffisant pour mettre un terme aux théories du complot.

Mais le Daily Mail vient de publier une nouvelle hypothèse concernant cette tragique affaire Dyatlov. En effet, Donnie Eichar, auteur de "Dead Mountain: The Untold True Story of the Dyatlov Pass Incident", a passé quatre longues années à enquêter sur cette histoire. Il avance des nouvelles explications concernant leur mort.  Pour dresser ses conclusions, Donnie Eichar a eu un accès sans précédent à de nombreux journaux et photographies de l’époque et à des documents gouvernementaux rarement étudiés. L’auteur a ainsi pu retracer l’expédition des randonneurs pas à pas jusqu’à leur décès.  Il a également interrogé des amis et des membres de la famille des randonneurs, y compris la personne malade ce jour-là, et qui a partagé ses souvenirs avant de décéder.

Dans, une récente interview au magazine Failure, il livre les conclusions suivantes : "J’ai pu établir ma théorie grâce aux techniques modernes et à l’aide de la National Oceanic and Atmospheric Administration". Leur mort s’explique par "une série d’événements particuliers liés à de forts vents qui ont déclenché des infrasons engendrant un sentiment de panique générale dans le campement".

Pour mieux comprendre cette théorie, il est important de noter que si la fréquence de ces infrasons est trop importante cela se traduit par un "bourdonnement d'oreilles" extrêmement pénible, dont l'intensité varie avec celle des infrasons. À forte puissance, les infrasons traversent tout et sont perceptibles à une très grande distance de leur source (par temps de brouillard ou de grand vent leur puissance redouble). Ils engendrent alors des douleurs d'oreilles insupportables. Si cette théorie est quelque peu étrange, elle est plausible car de telles vagues d’infrasons auraient en effet pu avoir lieu au regard de la topographie de la montagne. Ainsi, ces infrasons auraient entraîné la panique et pousser les randonneurs à se précipiter dans la neige, où ils seraient morts de froid. Tout simplement…

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !