L’économie française, bouée de sauvetage de la zone euro ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
L’économie française, bouée de sauvetage de la zone euro ?
©LOIC VENANCE / AFP

Relance

L’économie française, bouée de sauvetage de la zone euro ?

L'institut Markit vient de publier ses indices PMI. On note un fort ralentissement de l'Allemagne et une bonne résilience de l'économie française.

Alexandre Baradez

Alexandre Baradez

Alexandre Baradez, 33 ans, diplômé de l'ESCE (Paris/La Défense) en 2003 a d'abord évolué plusieurs années chez BNPPARIBAS puis la Banque ROBECO en gestion privée avant de rejoindre SAXO BANQUE en 2009 en tant que Sales Trader. Son expérience des marchés financiers et plus particulièrement du marché des devises lui confère rapidement le rôle d’Analyste Marchés. Interlocuteur privilégié des médias français, il délivre quotidiennement des analyses sur les marchés financiers, tendances, risques macro-économiques et participe régulièrement à des conférences dédiées aux investisseurs. En novembre 2013, il rejoint le groupe IG, leader mondial des CFD, côté à Londres au FTSE 250, en tant que Chief Market Analyst.

Voir la bio »

Atlantico : L'économie française semble montrer une grande résilience face aux autres économies de la zone euro. Comment expliquer ces bons résultats ?

Alexandre Baradez : Historiquement la France a toujours été en décalage. Ce n'est pas nouveau de voir qu'il n'y a pas de synchronisation entre les économies européennes, mais dans ce sens-là, c'est plutôt rare. Pour une fois, la partie manufacturière est en meilleur état en France qu'en Allemagne et c'est la France qui redresse.

Plusieurs explications :

La France par rapport à ses PMI a une activité plus domestique. Les exportations dans l'économie allemande, c'est 50% du PIB quand elles en représentent 30% pour la France. On subit donc moins le ralentissement du commerce mondial que notre voisin.

Puis il y a le facteur de la relance. Avec l'épisode des Gilets jaunes, il y a eu de la dépense publique de faite avec une relance de la consommation. On voit que la consommation ne tient pas trop mal et les PMI sont évidemment impactées positivement.

Enfin, il faut dire que l'Allemagne a une économie dépendante notamment avec la Turquie, qui, elle, subis des fluctuations dans son économie ces derniers mois et cela a un impact négatif sur l'économie allemande.

2/ A contrario l'économie allemande semble entrée dans une phase de contraction. D'où vient-elle et comment expliquer cette différence par rapport à la France au-delà de ce qui a été dit précédemment ?

Il ne faut pas oublier que l'Allemagne a performé pendant de nombreuses années, et ce, même pendant l'épisode de la crise en zone euro. L'Allemagne a non seulement mieux résisté, mais est aussi mieux repartie. Il y a donc une question de cycles et un ralentissement cyclique qui peut expliquer la contraction actuelle de l'économie allemande.

Après la cause de fond et le vrai problème de l'Allemagne en ce moment, c'est la contraction du commerce mondial et l'écrasement des volumes d'échange. Les tensions actuelles entre les Etats-Unis et l'Europe ou la guerre commerciale entre les Etats-Unis et la Chine ont évidemment de lourds effets sur un pays dont 50 % du PIB dépend des exportations. Pour preuve, il suffit de se rappeler des charges de Donald Trump sur le secteur automobile allemand.

La question qu'il convient de se poser est celle d'une possible contagion. Quels seront les effets de ce ralentissement allemand sur d'autres pays européens.

Contrairement aux Etats-Unis où il y a une énorme distorsion entre des indices qui crèvent le plafond et les PMI qui sont au plus bas depuis 2009. Pour la partie européenne par contre on remarque que les marchés ont déjà sanctionné. Le CAC est parti à la baisse le DAX a chuté les 3 derniers mois de 2018. Le marché a bien réagi par rapport aux PMI et dès que cela a commencé à rebondir début janvier à cause de la FED, cela a entrainé une distorsion entre l'économie financière et l'économie réelle.

Pensez-vous qu'avec ses PMI la France peut devenir le moteur économique de la zone euro ?

Même s'il convient de ne pas être trop euphorique, il faut noter que la tendance est clairement bonne. Si l'on résiste dans une phase de ralentissement mondial c'est un bon signe. Le pouvoir d'achat en France monte depuis plusieurs mois et l'étude Markit traduit bien la solidité de l'économie française. On peut continuer de surfer là-dessus pendant quelques trimestres. Ce qui va être important de surveiller sera le comportement de l'économie italienne. Si l'Italie va au bout du programme de Salvini cela va entrainer mécaniquement un accroissement de la dette et avoir des conséquences néfastes sur l'économie française qui entretient des liens très forts avec l'économie italienne.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !