"Kadhafi mérite de mourir comme Ben Laden" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
"Kadhafi mérite de mourir
comme Ben Laden"
©

Mort de Ben Laden

"Kadhafi mérite de mourir comme Ben Laden"

Ben Laden tué, Kadhafi pourchassé : la volonté des démocraties occidentales d'éliminer physiquement leurs ennemis fait débat. Pas pour l'Américain Charles Cogan, ancien membre de la CIA, dont le discours est tranché.

Charles  Cogan

Charles Cogan

Charles Cogan, né en 1928  est un militaire et journaliste américain ayant travaillé pour la CIA., notamment comme chef de station à Paris de 1984 à 1989. Aujourd'hui, il est chercheur émérite à l'université Harvard et auteur de nombreux ouvrages sur les questions d'intelligence et de diplomatie.

Voir la bio »

Atlantico : Ben Laden tué, Kadhafi pourchassé : une démocratie peut-elle assassiner un dictateur ou un terroriste ?

Charles Cogan : Ben Laden a tué des milliers de personnes. Il méritait de mourir. En ce qui concerne Kadhafi, si l'on souhaite protéger la population libyenne menacée par ses seuls agissements, il faut l'éliminer puisqu'il est la source unique de ces attaques. Cela n'a rien à voir avec un simple assassinat, il s'agit d'une guerre !

Sachant qu'apparemment Oussama Ben Laden n'était pas armé lors de l'intervention, le propos n'est-il pas tout de même à nuancer ?

Non, pas nécessairement. L'opération s'est déroulée de façon très rapide. Il y avait d'autres hommes dans le bâtiment qui étaient armés. La situation était tendue et dangereuse. Je crois que le conseiller des renseignements à la Maison Blanche a dit que l'objectif était de capturer Ben Laden vivant, mais que les circonstances ne l'avaient pas permis. En ce qui me concerne, je pense que l'opération s'est déroulée exactement telle qu'elle devait se passer.

Cette opération menée par les États-Unis illustre-t-elle l'évolution de la CIA depuis les ratés du 11 septembre 2001 ?

C'est une opération conjointe de beaucoup de services différents dont les militaires, les forces spéciales... La CIA a fait des progrès pour localiser les terroristes, c'est vrai. Ils avaient laissé s'échappé Ben Laden peu après le 11 septembre 2001. Aujourd'hui, les membres de la CIA travaillent de prêt avec les militaires pour chercher les terroristes. La situation n'a plus rien à voir avec la guerre froide.

Toutefois, si la mort de Ben Laden constitue un événement considérable, il faut reste prudent. D'autres Ben Laden peuvent surgir. Mais il faudrait peut-être se poser la question du retrait des troupes américaines d'Afghanistan. Les membres d'al-Qaïda sont très peu nombreux dans ce pays, l'organisation a perdu son leader charismatique... Peut-être est-il désormais plus facile d'accélérer les efforts de rapprochement entre le gouvernement de Kaboul et les Talibans afghans. A titre personnel, j'ai toujours pensé qu'à partir du moment où Ben Laden avait quitté l'Afghanistan, il ne fallait pas rester dans ce pays. Mais il s'agit d'une opinion personnelle qui n'est pas partagée par la plupart des officiels américains.

La CIA pour laquelle vous avez travaillé est l'objet de nombreux fantasmes. Quelles sont exactement ses missions aujourd'hui ?

La mission traditionnelle de la CIA est toujours une mission d'espionnage. Elle doit également protéger les secrets américains et recueillir des renseignements (comme cela s'est passé en Afghanistan). Et comme je vous l'indiquais, l'évolution notable est son rapprochement avec les militaires.

Le goût du secret de la CIA est-il compatible avec un XXIe siècle où règnent transparence, Internet et Wikileaks ?

La CIA ne figurait pas dans "supernet",  le réseau révélé par Wikileaks. Ce réseau dépendait du ministère de la défense américain. Mais, aux États-Unis comme ailleurs, rien ne reste secret longtemps. Je pense donc que tôt ou tard, nous aurons des images de l'opération menée contre Ben Laden. Nous connaitrons tous les détails. Les fuites devraient provenir à la fois des autorités officielles, mais aussi de la cinquantaine de participants mêlés à l'opération. C'est inévitable.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !