Jeanne d'Arc métisse : et voilà comment fut inventé la déferlante de la fachosphère… | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Faits divers
Jeanne d'Arc métisse : et voilà comment fut inventé la déferlante de la fachosphère…
©

Au bûcher !

Jeanne d'Arc métisse : et voilà comment fut inventé la déferlante de la fachosphère…

Une besogneuse et grande fabrication. C'est dans l'air du temps.

Benoît Rayski

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio »

Comme chaque année, le Comité d'organisation des fêtes johanniques d'Orléans a lancé ce qu'on pourrait appeler un appel d'offre pour trouver la jeune fille qui incarnerait Jeanne d'Arc lors des cérémonies du 8 mai. Des contraintes et des conditions très strictes. Les voici :

Résider à Orléans depuis au moins 10 ans.

Etre scolarisée dans un lycée de la ville.

Etre catholique pratiquante.

Donner gratuitement du temps aux autres.

La perle rare a été trouvée en la personne de Mathilde Edey Gamassou, 17 ans. Elle avait tout pour plaire. Mathilde va à la messe tous les dimanches. Elle s'est investie dans l'association "Sainte Jeanne, hier, aujourd'hui et demain". Et elle est membre des Scouts d'Europe. Pour autant, elle n'a pas plu à tout le monde.

Car la jeune fille est béninoise par son père et polonaise par sa mère. Une métisse donc. Il n'en fallait pas plus pour que sur les réseaux sociaux, qui sont – on ne le dira jamais assez - la providence des imbéciles, apparaissent des posts injurieux et racistes. Quelques sombres idiots qui ont une boule de haine à la place du cerveau.

Il n'en fallait pas plus non plus pour des médias et du  monde politique (Marlène Schiappa en tête) s'élève un cri d'indignation contre les "fachistes" et les "racistes", adeptes, vous le savez bien des heures les plus sombres de notre Histoire…

Nous sommes allés scrupuleusement fouiller les entrailles de la fachosphère. Rien contre Mathilde sur le site du Front National. Pas un mot sur la page des Patriotes. Silence chez les Identitaires, même sur fdesouche, pas une ligne.

Juste quelques abrutis passablement abjects. Mais il était nécessaire que l'affaire prenne une dimension nationale. D'une brindille, on a fait un énorme fagot pour le bûcher. Et quelques gouttes d'eau sale ont été transformées en une vague dévastatrice. Pourquoi ?

Parce que les "antifascistes" et les "antiracistes" ne peuvent supporter d'être dans une forteresse que personne n'assiège. Il leur faut des assiégeants par milliers. Des fascistes et des racistes toujours plus nombreux. Alors ils les multiplient et au besoin les inventent. Sinon à quoi serviraient-ils ? Que deviendrait leur égo s'ils n'avaient plus contre qui se battre ?

Les pauvres, comme on les comprend. A la pointe de leur combat héroïsé, un guetteur infatigable qui en scrutant l'horizon annonce l'arrivée des hordes fascistes et racistes : Libération. Ce journal sonne le tocsin contre ces envahisseurs. Et son article se termine par une phrase d'une grandiloquence consternante : "le métissage est l'essence même de la vie".

Tel est aussi notre avis. Mais pour nous le seul métissage qui vaille est celui qui fait se croiser les hommes et les femmes. Il a des capacités reproductives incontestables. Si Jeanne d'Arc revenait de nos jours, elle aurait certainement à cœur de bouter les crétins hors de France. Nous avons le sentiment que ce serait plus difficile qu'avec les Anglais.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !