Jean Tirole - Prix Nobel d'économie : "Il y a beaucoup de réformes qui sont urgentes en France" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Jean Tirole - Prix Nobel d'économie : "Il y a beaucoup de réformes qui sont urgentes en France"
©

Zapping Éco

Jean Tirole - Prix Nobel d'économie : "Il y a beaucoup de réformes qui sont urgentes en France"

Le Replay : 

Jean Tirole était l’invité d’Europe 1 ce matin. Le nouveau prix Nobel d’économie était interrogé sur la récompense qu’il vient de recevoir.  "Je suis plutôt intimidé par les médias et je veux garder ma vie de chercheur" précise-t-il. Cependant, le nouveau Nobel n’est pas avare de commentaire sur la situation actuelle. "Il y a beaucoup de réformes qui sont urgentes en France, comme la réforme du marché du travail. On a de gros problèmes au niveau de l’activité des jeunes et des séniors. Les entreprises ont peur de créer des CDI car il n’y a pas assez de flexibilité en cas de problèmes. Alors, elles utilisent un CDD, un stage…La solution serait un contrat unique". Jean Tirole estime que le système "incite au chômage. Par exemple, quand les entreprises licencient elles paient peu d’Assedic comparativement au fait de garder un salarié. C’est un peu absurde".

[LES AUTRES ARTICLES DE VOTRE BRIEFING ATLANTICO BUSINESS]

Qui à dit ?

"Il y a une volonté commune avec EDF de jouer la carte de l’équipe de France du nucléaire."

Réponse : Luc Oursel, président d’Areva, sur BFM Business au sujet de sa collaboration avec EDF. "L’équipe de France du nucléaire, ça a un sens. Il y a un certain nombre de pays où il faut aller tous ensemble. Aujourd’hui, effectivement EDF travaille avec des concurrents d’Areva comme Westinghouse mais nous avons augmenté nos parts de marché dans EDF, il y a une volonté commune."

Les tweets :

Le sujet vous intéresse ?

Thématiques

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !