Zap'Éco - Jean-François Cirelli, GDF Suez : "Le service à un coût" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Jean-François Cirelli, vice-président de GDF Suez
Jean-François Cirelli, vice-président de GDF Suez
©Radio Classique

Le Zap'Éco

Zap'Éco - Jean-François Cirelli, GDF Suez : "Le service à un coût"

Jean-François Cirelli était l’invité de Radio Classique ce matin. Le vice-président de GDF-Suez était interrogé autour de l’action de l’UFC-Que Choisir. L’association de consommateurs a attiré près de 140.000 Français avec son opération consistant à se fournir chez un opérateur de gaz belge, permettant d’obtenir un prix de groupe. Pour Jean-François Cirelli, il ne s’agit pas d’une menace sérieuse et considère que "la concurrence est toujours bonne pour le client". "Cela nous pousse, lance-t-il, a être plus performant. Le dirigeant explique qu’il y a d’autres facteurs à prendre en compte". "Quand vous faites une offre énergie, il faut prendre en compte le prix, mais aussi la sécurité et le service. Je rappelle que ce concurrent belge offre un bon prix pour un an, mais que se passe-t-il après ?".

[LES AUTRES ARTICLES DE VOTRE ÉDITION ATLANTICO BUSINESS]
   

Jean-François Cirelli pointe le fait que cet opérateur s’approvisionne sur les marchés à court terme. "Le marché c’est bien gentil, mais ça ne suffit pas. Nous, nous avons des contrats long terme avec les Russes, les Norvégiens, les Algériens ; permettant d’assurer dans la durée la sécurité d’approvisionnement de nos clients". Enfin, le vice-président de GDF Suez pointe également le fait que le "service à un coût". "Nous avons 40.000 français qui nous contact chaque jour par téléphone, pour une question, un conseil… Qui va s’occuper de ces clients-là demain ?"


Le sujet vous intéresse ?

Thématiques

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !