Jacques Chirac, nouvelle idole des bubus (branchés urbains barbus utopistes) | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
l'ancien président de la République Jacques Chirac est devenu le nouveau chouchou des réseaux sociaux
l'ancien président de la République Jacques Chirac est devenu le nouveau chouchou des réseaux sociaux
©Reuters

Hip, hip, hipsters

Jacques Chirac, nouvelle idole des bubus (branchés urbains barbus utopistes)

Du haut de ses 81 ans, l'ancien président de la République Jacques Chirac est devenu le nouveau chouchou des réseaux sociaux, incarnant la belle époque d'une génération en manque d'une situation économique et politique stable.

RDV Revue de presse : Brad Pitt volage et Hollande sur la plage...

Benoît de Valicourt

Benoît de Valicourt s’inscrit dans la tradition du verbe et de l'image. Il travaille sur le sens des mots et y associe l'image réelle ou virtuelle qui les illustre. Il accompagne les acteurs du monde économique et politique en travaillant leur stratégie et leur story-telling et en les invitant à engager leur probité et leurs valeurs sur tous les territoires. 
 
Observateur de la vie politique, non aligné et esprit libre, parfois provocateur mais profondément respectueux, il décrypte la singularité de la classe politique pour atlantico.fr et est éditorialiste à lyonmag.fr
Voir la bio »

Atlantico : L'ancien locataire de l'Elysée semble s'offrir depuis quelques années une nouvelle vie sur les réseaux sociaux où il est présenté comme une icône de la coolitude. Comment expliquer une renommée aussi paradoxale pour un ancien Président ?

Benoît de Valicourt : Jacques Chirac a toujours été un séducteur, il a su mettre son image, son physique, son charisme au service de son ambition, sans doute d’avantage que ses idées ! Il est un pur produit de la communication politique qui est une transposition de savoir-faire issus du marketing. Frédéric Mistral disait "Que ce soit avec les hommes, avec les rois, avec le peuple, qui veut régner doit plaire !". Cette citation traduit l’idée même de toute logique de communication : séduire. Finalement, c’est ce que nous essayons de faire chaque jour pour convaincre nos interlocuteurs, non pas par la force ni la dissuasion mais par la séduction. Le pouvoir de séduction de Jacques Chirac en a fait indiscutablement une icône de la politique française, une image de la France telle qu’on l’aime, chic, bourgeoise et en même temps profondément ancrée dans ses territoires. De là à dire que l’ancien Président de la République est une icône de la coolitude, il n’y a qu’un pas car s’il est l’homme des marchés, des saveurs du terroirs et des clins d’œil à la terrasse de Sénéquier, il est aussi l’élégant des beaux quartiers aux costumes bien taillés et aux souliers impeccablement cirés, c’est Le parisien pour qui Paris est une fête !

Jacques Chirac est la France du panache, celle que l’on regrette parce que la vie semblait plus facile, il y a une sorte de nostalgie, un nécessaire besoin de se rappeler que notre pays n’est pas en déclin.

Jusqu'ici, le "Corrézien" avait su développer une image de personnage populaire appréciant la Corona et la tête de veau. Pourquoi une si soudaine emphase sur son côté dandy ?

Je crois que l’image du personnage populaire appréciant la Corona et la tête de veau a succédé à l’image dandy de Jacques Chirac. Il y a eu deux Jacques Chirac, celui d’avant 1995 et celui de la Présidence de la République. Le premier est le maire de Paris, chic dans bureau Louis XV de l’Hôtel de ville, la quarantaine flamboyante à qui rien ne résiste, surtout pas les femmes ! il est aussi l’homme des campagnes électorales, celles de 1988 par exemple incarnant l’ardeur, la volonté et le courage. Le second est le Président de la République, sexagénaire responsable incarnant la France d’en haut et d’en bas, aussi à l’aise avec la Reine d’Angleterre qu’avec le paysan de Corrèze.

La majorité des images de Jacques Chirac publiées sur les réseaux sociaux montrent l’homme d’avant 1995, celui qui correspond à la génération des quadras surfant sur la vague vintage rappelant l’insouciance de l’adolescence. Et si Jacques Chirac était l’antidote à la morosité socialiste ?

François Mitterand, Valéry Giscard d'Estaing et Georges Pompidou sont d'une manière ou d'une autre retenus pour leur action à la tête de la France. Que penser de l'émergence d'une image aussi "dépolitisée" pour Jacques Chirac ?

L’image "dépolitisée" de Jacques Chirac n’est pas négative en soi car elle l’éloigne de la politique que rejettent les Français. Elle lui permet finalement d’incarner les Français, d’être celui qui leur ressemble. En revanche, elle traduit aussi l’inaction de l’ancien Président de la République qui finalement n’a pas conduit réellement les affaires de la France. Lors de son premier mandat, il a laissé les rênes du pouvoir à la gauche pendant 5 ans et de 2002 à 2007, Jacques Chirac a préféré voyager et pantoufler alors qu’il avait été élu avec un score à faire pâlir tous les dictateurs africains, lui permettant de lancer les réformes nécessaires !

C’est sans doute pourquoi les Français ne retiennent rien de son action de la fin de sa vie politique et préfèrent se rappeler les heures de gloire du grand Jacques celui qui défiait Laurent Fabius ou François Mitterrand sur les plateaux de télévision.

Faut-il y voir par ailleurs les conséquences d'un marketing politique toujours plus présent dans nos "sociétés du spectacle" ?

Certainement ! la politique d’aujourd’hui ne repose plus sur les idées mais sur la capacité à faire croire qu’on a des idées. La communication politique emprunte au marketing toutes les techniques permettant de mieux vendre, ce qui réduit le politique à un pot de yahourt ! Audience, performance, sondage, tout est calculé, millimétré pour plaire, il faut impérativement séduire. Le meilleur packaging doit offrir du rêve, ce qu’il y a à l’intérieur est une autre affaire. En politique, c’est pareil, si le représentant d’un parti se fait limer les canines ou teindre les cheveux, c’est pour donner la meilleure image. Quand Manuel Valls est nommé Premier ministre, dès le lendemain, les premières images le montrent en costume marine, cravate unie, exit les costumes brillants et l’ensemble chemise-cravate ton sur ton ! L’habit fait le moine, ce n’est pas nouveau.

Stendhal disait "La beauté est une promesse du bonheur", Jacques Chirac a été un bel homme, il avait promis le bonheur …

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !