iPhone 5, iPad... Apple, ou la simplicité comme marque de fabrique | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
High-tech
iPhone 5, iPad... Apple, ou la simplicité comme marque de fabrique
©

Think different

iPhone 5, iPad... Apple, ou la simplicité comme marque de fabrique

Un seul bouton pour l'iPhone : une idée de génie ? Ken Segall explique que cette exemple illustre parfaitement le genre de la simplicité qu'a réussi à imposer Steve Jobs pour Apple. Extraits de "Apple, le secret d'une incroyable réussite" (1/2).

Ken Segall

Ken Segall

Ken Segall a été directeur de création publicitaire pour NeXT et Apple. A l'origine du nom "iMac" et membre de l'équipe qui a imaginé la célèbre campagne Think different, il a joué un rôle primordial dans la "résurrection" d'Apple au tournant des années 2000. Son expérience auprès d'autres grandes sociétés d'informatique comme IBM, Intel et Dell lui a permis de mettre à jour ce qui fait réellement la différence dans la méthode d'Apple.

Il est l'auteur du livre "Apple, le secret d'une incroyable réussite" aux éditions First.

(photo :© Doug Scheider CLEARED)

Voir la bio »

Sans conteste, un est le chiffre le plus simple jamais inventé. Un est tellement simple qu’un enfant peut le comprendre. Plus on s’en éloigne, plus les choses se compliquent. C’est pour cette raison que Steve Jobs a insisté pour avoir un seul bouton sur l’iPhone, rejetant plusieurs modèles avant d’arriver à la version finale. Vous n’avez pas besoin d’utiliser un iPhone pour comprendre qu’il est simple d’emploi. Cet indice visuel, la présence d’un seul bouton, est très révélateur. On pourrait même dire que l’unique bouton est devenu un emblème de la dévotion d’Apple pour la Simplicité.

Souvenez-vous, avant l’arrivée de l’iPhone, tous les mobiles, et surtout les smartphones, étaient pleins de boutons. Avec l’usage, on finissait par repérer l’emplacement des boutons et comprendre leur fonction, mais ce n’était pas évident. Avec la Simplicité, c’est plus évident.

Avec l’iPhone, Apple s’est attaquée de front à l’abondance de boutons. Il y avait une raison psychologique dans cette démarche. Après l’usage pendant des années de mobiles bardés de boutons, l’iPhone était symbole de Simplicité. Cela faisait du bien de le tenir en main, avec le pouce au-dessus de son unique bouton. Il était réconfortant de savoir qu’on pouvait à tout moment revenir à l’écran d’accueil d’une simple pression sur ce bouton.

Mais il y a trois fonctions fréquentes d’emploi sur un iPhone : Internet, téléphonie et musique. Trois est un petit nombre aussi. Au moment de la conception de l’iPhone, pourquoi n’ont-ils pas mis trois jolis boutons au bas de l’appareil au lieu d’un seul ? Ces trois boutons auraient facilité l’accès aux fonctions principales, et cette solution restait une amélioration par rapport aux anciens smartphones.

J’ai une bonne réponse à cette question : trois est supérieur à un. Avec trois boutons, l’iPhone aurait été presque parfait. Mais Steve Jobs ne s’encombrait pas de « presque ». Ce refus des compromissions révèle la pureté de sa dévotion à la Simplicité. Le résultat, une révolution sur le marché des smartphones, prouve la justesse de sa philosophie.

En matière de design, Apple évalue soigneusement les messages que véhiculera chaque produit, même s’ils s’adressent principalement au subconscient. Apple étudie tous les aspects du design d’un produit : son apparence, les sensations à l’usage et les sentiments qu’il procure à son utilisateur. L’un des objectifs est de vous séduire avant même que vous ne le touchiez. La présence d’un seul bouton est un excellent argument dans ce sens.

Avant la conception de l’iPhone, Steve Jobs avait déjà imposé ce genre de Simplicité. Un ancien directeur du marketing produits chez Apple, Mike Evangelist, raconte une anecdote relative à l’une de ses premières réunions avec Steve Jobs, qui eut lieu en 2000 dans la salle du conseil d’Apple. L’équipe de Mike avait été chargée de trouver une solution simple pour convertir une vidéo amateur en un DVD, ce qui allait devenir l’application iDVD (intégrée à la suite iLife). Mike et son collègue s’étaient donné du mal pour imaginer une interface suffisamment conviviale au goût de Steve. Pour rendre compte de leur projet, ils avaient préparé plusieurs prototypes d’écrans et un exposé verbal. Mike fut stupéfait quand Steve Jobs entra dans la salle, ignora leurs travaux et se dirigea droit sur le tableau blanc. « Voici la nouvelle application, dit-il. Elle a une fenêtre. Vous faites glisser votre vidéo dans la fenêtre. Puis vous cliquez sur le bouton intitulé “Graver”. C’est tout. Voilà ce qu’il faut faire. »

Mike raconte qu’il en est resté abasourdi. De toute sa vie, il n’a jamais vu la conception d’un logiciel se dérouler ainsi. De toute évidence, si c’était possible, tous les produits Apple n’auraient qu’un seul bouton. Maintenant qu’existe Siri, l’assistant intelligent à commandes vocales, il n’est pas impensable de voir les produits Apple avec zéro bouton. Après tout, zéro est le seul chiffre plus simple que un !

______________________________________________

Extrait de "Apple, le secret d'une incroyable réussite" chez First Editions (16 août 2012) (16€)

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !