Internet cher payé aux Etats-Unis | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Internet cher payé aux Etats-Unis
©Reuters

Addition salée

Internet cher payé aux Etats-Unis

A Paris, à Tokyo ou encore à Bucarest, le coût moyen d’une connexion internet s’élève à environ 30 dollars par mois. Pour le même service aux Etats-Unis, les consommateurs payent 300 dollars par mois.

France USA Media

France USA Media

France USA Media est une agence de presse basée à Los Angeles. Elle couvre l'actualité des Etats-Unis en Français pour la presse, la télévision et l'internet, avec des correspondants à New York, Washington, Austin, San Francisco et L.A.

Voir la bio »

Le service lent et coûteux de l’Internet aux Etats-Unis a dépassé le statut de gêne pour les clients de la vidéo à la demande. Aujourd’hui, cela pourrait avoir des conséquences à long terme pour la compétitivité de la nation. Selon un rapport de la New America Foundation’s Open Technology Institute, publié ce jeudi, le décalage des Etats-Unis en matière de vitesse et d’accessibilité ne découle pas de problèmes technologiques mais d’un manque de concurrence dans le secteur du haut débit. En effet, alors qu’en France ou en Chine le temps de téléchargement d’un film haute définition prend environ sept secondes, aux Etats-Unis avec le même service le téléchargement peut mettre jusqu’à une minute et demie pour le même film.

Le rapport de la New America Foundation a d’ailleurs classé les villes selon la vitesse moyenne du haut débit avec des prix entre 30 et 50 dollars par mois. Le top trois de ce classement – Séoul, Hong Kong et Paris – proposent un service dix fois plus rapide qu’aux Etats-Unis où les consommateurs peuvent payer jusqu’à 100 dollars par an de frais supplémentaires. Selon Nick Russo, co-auteur du rapport, « plus de compétition, plus de technologie et une amélioration des services sur les réseaux permettent une baisse des prix »

[LES AUTRES ARTICLES DE VOTRE BRIEFING ATLANTICO BUSINESS]

Dans de nombreuses parties de l’Europe, le gouvernement favorise la concurrence en exigeant que les entreprises qui transmettent le haut débit dans les foyers louent une partie de leur services aux à la concurrence. Une politique basée sur les travaux concernant les réseaux, la régulation et la communication du prix Nobel d’économie Jean Tirole.

En Amérique du nord, la Federal Communication Commission a reclassé en 2002 l’accès internet haut-débit comme un service d’information non-réglementé plutôt que comme de la télécommunication qui, elle, est réglementé. L’objectif était de mettre en concurrence les différents distributeurs Internet pour fournir le meilleur réseau. Un échec puisque la plupart d’entre eux sont restés sur leur propre marché.

Aux Etats-Unis en outre, les distributeurs d’Internet sont peu nombreux à mettre à niveau leur réseaux à la fibres optiques – qui transfèrent des données plus rapidement que les réseau câblés – l’installation étant onéreuse et complexe. Certaines villes comme San Antonio (Texas) possèdent déjà la fibre, mais des politiques ont été mises en place pour limiter son utilisation. Sous l’impulsion de nouveaux arrivants sur le marché, certaines entreprises sont néanmoins motivées à augmenter la vitesse d’Internet et à développer leur propre réseau de fibre optique. Un premier pas dans l’amélioration des réseaux dans le pays.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !