Indice délits d'opinion : Hollande bat un double record… d'impopularité | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
François Hollande enregistre son plus bas niveau de popularité depuis le début du quinquennat.
François Hollande enregistre son plus bas niveau de popularité depuis le début du quinquennat.
©Reuters

Champion

Indice délits d'opinion : Hollande bat un double record… d'impopularité

Depuis le mois de septembre, François Hollande a atteint son plus bas niveau de popularité et bat par la même occasion le record d'impopularité de Nicolas Sarkozy, atteint en mai 2011.

 Délits d'Opinion

Délits d'Opinion

Délits d'Opinion est un site de décryptage de l'actualité fondé par des personnes issues de divers univers professionnels en lien avec la politique, les études d’opinion, les affaires publiques, le lobbying, la communication et la publicité.

Voir la bio »

Les mauvais sondages se multiplient depuis le début du mois de septembre pour l'exécutif, avec pour conséquence un double record d'impopularité. François Hollande enregistre d'abord son plus  bas niveau depuis le début du quinquennat : l'indice Délits d'Opinion du Président s'établit dorénavant  à 2,73 (sur une échelle de 1 à 10). Avec ce score, il bat également le record d'impopularité de  Nicolas Sarkozy, dont l'indice le plus bas s'était établi à  2,75 en mai 2011. 

La popularité du Premier ministre reste également très liée à celle du président, Jean-Marc Ayrault obtenant un score de 2,77, à peine supérieur à ses plus mauvais résultats de mai dernier. Contrairement au printemps, il semble toutefois qu'aujourd'hui c'est le président qui tire son Premier ministre vers le bas.
Méthodologie : l'indice Délits d'Opinion agrège les résultats de tous les baromètres des instituts d'opinion en France. Il est mis à jour à chaque nouvelle publication, et permet ainsi de dégager une réelle tendance unique et donne, dans le temps, de la pertinence aux chiffres publiés par les instituts de sondage.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !