Immigration et droit d’asile : Emmanuel Macron a refusé de se présenter devant le Tribunal Permanent des Peuples! Hou le vilain… | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Immigration et droit d’asile : Emmanuel Macron a refusé de se présenter devant le Tribunal Permanent des Peuples! Hou le vilain…
©LUDOVIC MARIN / AFP

Dura lex sed lex

Immigration et droit d’asile : Emmanuel Macron a refusé de se présenter devant le Tribunal Permanent des Peuples! Hou le vilain…

Les peuples voulaient le juger. Et ce lâche s'est retranché derrière les grilles de l'Elysée.

Benoît Rayski

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio »

Le Tribunal Permanent des Peuples (TPP) est une haute et noble juridiction qui fait honneur à la conscience universelle. Il a été créé par diverses associations qui affirment être l'émanation des peuples et donc des 7,55 milliards d'individus qui sont sur la planète (mais ça on n'a pas pu le vérifier…).

Le tribunal a siégé d'abord à Paris. Mais pour sa sentence –moment important et historique- il s'est délocalisé ce weekend à Genevilliers. Pourquoi là-bas ? Parce qu'un tribunal des peuples se devait d'officier dans un "quartier populaire".

Il avait à juger un crime affreux : plusieurs milliers de migrants morts, à cause, disaient-ils de l'indifférence et de l'égoïsme des Européens. Le tribunal avait été composé après moult délibérations destinées à garantir son impartialité.

Son président : Philippe Texier, un ancien magistrat collaborateur régulier du Monde Diplomatique, un journal dont la virginale objectivité ne souffre aucune contestation. Les juges : Damien Careme maire EELV de la Grande-Synthe, Marie-Christine Vergiat, députée européenne du Front de Gauche, Monique Chemiller-Gendreau, professeure de droit émérite et surtout animatrice du Tribunal Russel pour la Palestine un organisme spécialisé dans la dénonciation des abominations sionistes.

Qui aurait pu mettre en doute l'impartialité d'un tel tribunal ? J'ai voulu assister aux audiences. J'ai été refoulé au prétexte que les seuls journalistes autorisés étaient ceux de Mediapart. Mais grâce à des témoins complaisants j'ai pu reconstituer les débats. Le président du tribunal, Philippe Texier : "Faites entrer les accusés". L'avocat, commis d'office, de Macron : "Il n'a pas pu venir monsieur le Président". "Et pourquoi donc ? ". "Parce que c'est l'heure où il promène son chien Némo". Froncements de sourcils de M. Texier.

Mais conscient de l'importance de sa tâche il garda son calme. "Faites entrer l'accusé Jean-Claude Junker". L'avocat, commis d'office, du patron de la Commission Européenne : "Il n'a pas pu venir monsieur le Président". "Et pourquoi donc ? ". "Parce qu'il était saoul monsieur le Président". Nouveaux froncements de sourcils de M. Texier.

L'audience continua. On fit venir les témoins de l'accusation. A la barre se présentèrent Angela Merkel et le Pape François. Ils témoignèrent tous les deux de leur amour sans bornes pour les migrants. L'assistance acclama Angela Merkel. Et, bouleversée par les saintes paroles du Saint Père se convertit sur le champ au catholicisme…

Vint enfin l'heure du verdict. Les plaidoiries des avocats firent honneur à leur profession. Ils dirent l'un et 'l'autre que leurs clients étaient des monstres et qu'aucun châtiment ne serait assez sévère pour punir leurs crimes. Mais ils demandèrent la mansuétude du tribunal.

Ils affirmèrent être sûrs en effet que MM. Macron et Junker voulaient se repentir et demander pardon aux peuples de la planète. Emu Philippe Texier versa une larme. Mmes Vergiat et Chemiller-Gendreau sanglotèrent. Le verdict montra que le TPP réunissait en lui  bonté, humanité, et charité.

Emmanuel Macron fut condamné par contumace à passer 12 mois dans un des baraquements de la jungle de Calais. Jean-Claude Junker écopa de la même peine mais à passer dans un camp de migrants en Turquie. Ils avaient ainsi échappé au châtiment suprême. Mais les deux ingrats décidèrent de se soustraire à la justice pourtant si bienveillante avec eux. Ils sont en fuite. Si vous les apercevez merci de les signaler au TPP qui appréciera!

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !