Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
La ministre de la Transition écologique Barbara Pompili et le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin. Barbara Pompili s'est exprimée sur la polémique sur le menu sans viande dans les cantines de Lyon.
©Ludovic MARIN / AFP

Règlement de comptes à OK LREM

Ils se déchirent sur la bidoche…

Et il y a déjà une morte !

Benoît Rayski

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio »

Jadis nous avions la querelle des Anciens et des Modernes. On s'écharpait pour un alexandrin bancal ou pour une rime manquante dans un poème. Les temps ont changé : aujourd’hui on s’étripe entre carnivores et végétariens.

Le combat est cruel  car il s’agit d’une guerre fratricide. En effet elle ensanglante les rangs de la macronie. A l’origine de cet affrontement  sans pitié, il y a la décision de Grégory Doucet, le maire de Lyon, de proscrire la viande des menus scolaires et de la remplacer par des œufs et du poisson.

Le carnivore Darmanin y a vu – et à juste titre – une décision idéologique. Les œufs et le poisson c’est halal ! Et il s’en est pris à ce pauvre et pacifique Doucet. Comment a-t-il osé s’attaquer à un homme faible car volontairement privé des protéines de la viande ?

Barbara Pompili, ministre de la Transition écologique, a volé au secours du maire de Lyon qui fléchissait sous les coups de Darmanin. « Il s’agit là, a-t-elle dit, d’un débat préhistorique ». Une phrase pour le moins malheureuse puisqu’on sait que l’homme préhistorique se tapait d’énormes steaks de mammouths et de sangliers…

Le combat fut rude. Barbara Pompili a balancé du poisson et des œufs sur Darmanin. A notre connaissance, le poisson c’était du merlan. La ministre, soucieuse des deniers de l’Etat, a renoncé à la sole, produit de luxe. Et elle a lancé un cri de guerre que nous connaissons tous : « Il est pas frais mon poisson ? ».

Tout cela était bien trop mou et trop tendre pour venir à bout du ministre de l’Intérieur. Il a essuyé le jaune d’œuf qui maculait son visage. Et, en visant bien, a touché la ministre avec plusieurs entrecôtes bien saignantes. Barbara Pompili n’était plus qu’une loque.

Elle eut toutefois la force de mitrailler Darmanin avec des carottes et des navets. Ca faisait un peu plus mal que les œufs et le poisson. Le ministre de l’Intérieur décida alors d’en finir. Et il lui envoya un énorme os à moelle.

Touchée à la tête, Barbara Pompili fut tuée sur le coup. Sur sa tombe, conformément à ses dernières volontés, on fit pousser des radis et des poireaux garantis sans OGM.

Pendant que ceux qui nous gouvernent s’adonnaient au combat de l'œuf et de la viande, il s’est passé quelque chose à Saint-Chéron dans l’Essonne. Les ministres étaient trop occupés à leur jeu pour le voir. Une collégienne de 14 ans a été tuée d’un coup de couteau lors d’une rixe entre deux bandes rivales. Mais dans quel pays vivons-nous ?

A lire aussi : Décroissants, végétariens et dégenrés... : l’autre danger séparatiste qui se joue dans les écoles (et celui-là pratique l’entrisme à merveille)

A lire aussi : Repas scolaire sans viande à Lyon, la ministre de l'Ecologie contredit ses collègues

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !