Illectronisme : pourquoi les 15% des gens nuls en ordinateurs et tablettes sont aussi handicapés que ceux qui ne savent pas lire | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
15% des Français seraient atteints d'illectronisme.
15% des Français seraient atteints d'illectronisme.
©Reuters

Access denied

Illectronisme : pourquoi les 15% des gens nuls en ordinateurs et tablettes sont aussi handicapés que ceux qui ne savent pas lire

D'après Bernard Benhamou, délégué aux usages de l'Internet pour le ministère de la Recherche et de l'Economie numérique, 15% des Français seraient touchés par l'illectronisme, un handicap moderne qui, dans notre société, pourrait bien être aussi problématique que l'illetrisme.

Gérard Valenduc

Gérard Valenduc

Gérard Valenduc est codirecteur du centre de recherche " Travail et technologies", il enseigne également à l'Université de Namur en Belgique. Il participe au site www.ftu-namur.org

Voir la bio »

Atlantico : Selon les derniers recensements, 15% des Français seraient atteints d'illectronisme. Quelle est la signification précise de ce terme ?

Gérard Valenduc : C’est un néologisme qui traduit la difficulté (illettrisme) ou l’incapacité (analphabétisme) à pouvoir utiliser d’une manière efficace les médias électroniques. C’est l’illettrisme appliqué aux nouvelles technologies.

Quelles sont les catégories de population les plus concernées par ce handicap ?

Si on inclut les personnes âgées ou très âgées, le nombre de personnes concernées par l’illectronisme va augmenter de façon logique. Car, au-delà d’un certain âge, les populations n’ont jamais pu se familiariser avec Internet et ses dérivés, elles n’en n’ont jamais éprouvés le besoin. C’est très compliqué pour ces personnes-là de s’adapter aux outils électroniques, cela leur demande un effort supplémentaire qui est en général une volonté personnelle pour garder le contact avec sa famille par exemple. 

Ce qui est plus inquiétant, c’est l’illectronisme chez les jeunes et notamment dans la génération des natifs-numérique – ceux qui sont nés avec les nouvelles technologies. On trouve une proportion non négligeable de jeunes qui éprouvent des difficultés avec l’usage d’Internet et des nouvelles technologies de l’information. Les problèmes interviennent, dès que l’on sort d’un contexte de jeux vidéo ou de réseau social. Un jeune atteint d’illectronisme aura du mal à utiliser ces technologies autrement que dans un but récréatif, et sera donc en peine pour remplir, par exemple, un formulaire en ligne. 

A quel point et dans quelles circonstances est-ce particulièrement handicapant ?

L’illectronisme entraîne un phénomène d’exclusion sociale ou de marginalisation sociale dans plusieurs domaines : l’emploi et la formation principalement. Mais il est également handicapant dans la communication avec les autres (courriels, réseaux sociaux), dans l'accès à l’information en ligne (culturelle, sportive, journaux, voyage...). Par exemple, une personne atteinte ne va pas réussir à acheter un billet de train en ligne, elle aura des difficultés dans les tâches de consommation ou d’utilisation des services en ligne. De plus en plus de services sont proposés sur la toile notamment dans l’administration. Cela peut être un frein à la participation démocratique, certaines communes consultent les électeurs par le biais de sites.

Comment lutter contre l'illectronisme ?

Le moyen pour se battre contre l’illettrisme quel qu’il soit (lecture, média), c’est toujours la formation et la sensibilisation. Il faut mettre les personnes en difficulté dans des situations où elles peuvent apprendre et vaincre leurs problèmes. La prise en charge des jeunes, pour qu’ils puissent dépasser l’usage passif et facile d’internet est primordial. Comme une personne illettrée, quelqu’un atteint d’illectronisme ressent un sentiment de honte, et tente à tout prix de dissimuler ses difficultés.

Propos recueillis par Manon Hombourger

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !