Henri de Castries - AXA : "Les excès de dépenses publiques et les charges sont des boulets aux pieds" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Henri de Castries - AXA : "Les excès de dépenses publiques et les charges sont des boulets aux pieds"
©

Le Zap'Éco

Henri de Castries - AXA : "Les excès de dépenses publiques et les charges sont des boulets aux pieds"

Le Replay

Henri de Castries était l’invité de BFM Business ce matin. Le président directeur général d’AXA revenait sur "les chiffres de la croissance française qui montrent que nous sommes en train d’enregistrer un dérapage préoccupant." Il constate que "nous avons en France plusieurs avantages compétitifs forts" :  la "démographie", la "qualité de la formation même si elle diminue". En revanche, " nous avons aussi des boulets aux pieds qui sont les excès de dépenses publiques et les charges". "Si on veut attirer les talents, il faut se mettre dans les normes de nos voisins européens. Notre modèle a fonctionné à crédit pendant 20 ou 30 ans." Sur la modération salariale à 1 % de hausse maximum voulu par le président du Medef Pierre Gattaz, Henri de Castries soutient l’idée: "Bien sûr qu’il a raison. Il faut faire face à la réalité. 25% des jeunes sont au chômage, peut-on se payer le luxe du dogmatisme sur le thème des vaches sacrés ?"

[LES AUTRES ARTICLES DE VOTRE BRIEFING ATLANTICO BUSINESS]

Qui a dit ? 

"Je préfère payer plus de profs que plus d’intérêts"

Réponse :Michel Sapin ce matin sur France Culture. Auteur de "l’Écume et l’océan" à paraître demain (Flammarion), l’ex-ministre du Travail et actuel ministre des Finances veut concilier maîtrise des comptes publics et politique de l’emploi : "La préoccupation fondamentale de la France c’est le chômage". Il regrette qu’aujourd’hui dans les entreprises "la seule solution, c’est encore le licenciement". "C’est une manie douloureuse qui se traduit par des drames. Il y a une génération entière qui vit avec l’idée que le chômage est une probabilité forte. Quand les efforts portent sur ceux qui ont très peu c’est quelque chose qui ne vas pas : c’est pour ça que les premières baisses d’impôts les concerneront." 

Le Tweet :

On dirait que le mot "libéral" est la pire insulte en France. Un peu d'histoire des idées ne ferait pas de mal. #MotsCroises

Le sujet vous intéresse ?

Thématiques

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !