Guerre du Golfe : la lettre de Mère Teresa à George Bush et Saddam Hussein | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Histoire
Mère Teresa.
Mère Teresa.
©Wikipédia commons

Bonnes feuilles

Guerre du Golfe : la lettre de Mère Teresa à George Bush et Saddam Hussein

Cet ouvrage n'est pas un livre de plus sur la Sainte de Calcutta, mais un ouvrage diffèrent sur celle qui a été l'une des premières femmes à interpeller l'opinion sur la force de la foi et la profondeur de l'engagement. Extrait de "Mère Teresa, ce qu'elle n'a pas dit", de Philippe Legrand, publié aux éditions Salvator (2/2).

Philippe Legrand

Philippe Legrand

Philippe Legrand a fait ses débuts de journaliste au Quotidien de Paris puis à la radio, entre autre sur RMC. Il est l'auteur de cinq livres dont Oh Happy Days, la vie de Clyde Wright ou l'histoire du Gospel (prix d'Excellence), mais aussi d'une dizaine d'émissions qu'il a animées. Aujourd'hui, il dirige la communication de Paris Match, du Journal du Dimanche, et présente Match +, le rendez-vous de web radio sur parismatch, relayé sur RFM.

Voir la bio »

Je viens vers vous avec les larmes dans les yeux et l’amour de Dieu dans mon coeur pour plaider devant vous la cause des pauvres et de ceux qui le deviendront dans la guerre.

Je vous demande de travailler pour la paix de Dieu.

Vous avez chacun à gérer vos pays mais avant tout écoutez celui qui est venu dans le monde pour enseigner la paix. Vous avez la force et le pouvoir de détruire l’image et la présence de Dieu. Ses hommes. Ses femmes. Ses enfants.

Écoutez s’il vous plaît la volonté de Dieu.

Dieu nous a créé pour être aimé par son amour et non pour être détruit par notre histoire.

À court terme, il y aura des vainqueurs et des perdants, dans cette guerre qui nous eff raie mais qui ne pourra jamais justifi er la souff rance, la peine, la perte de la vie que vos armes vont provoquer.

Je viens vers vous au nom de Dieu. Le Dieu que nous aimons tous et partageons. Je me rapproche de vous au nom des innocents, nos pauvres du monde et ceux qui le deviendront dans la guerre.

Ils sont ceux qui souff riront le plus car ils n’auront pas d’autres moyens d’y échapper.

Je plaide à genoux pour eux.

Ils vont souffrir et quand ils souffriront que pourrons-nous faire pour eux ? Que ferez-vous pour eux ?

Je plaide en faveur de ceux qui deviendront orphelins, veufs, laissés seuls parce que leurs parents, maris, épouses, enfants auront été tués.

Je vous demande de les sauver.

Je vous supplie de penser à ceux qui seront handicapés ou qui seront défi gurés. Ils sont les enfants de Dieu. Je vous supplie de penser à ceux qui seront sans maison, sans nourriture, sans amour.

Pensez à eux comme s’ils étaient vos enfants.

Je plaide pour les morts. Je vous demande de sauver nos frères et soeurs, les vôtres et les nôtres parce qu’ils nous ont été donnés par Dieu pour les aimer et les chérir.

Ce n’est pas à vous de détruire ce que Dieu nous a donné. Laissez votre esprit et votre volonté devenir l’esprit et la volonté de Dieu.

Vous avez le grand pouvoir de répandre la guerre dans le monde ou de construire la paix. Choisissez le chemin de la paix.

Mes soeurs, mes pauvres et moi, nous prions tellement pour vous. Le monde entier prie pour que vous ouvriez vos coeurs.

Vous pouvez gagner la guerre, mais quelles seraient les conséquences sur les populations brisées et perdues.

J’en appelle à vous, à vos partisans, à votre amour de Dieu.

Au nom de Dieu et au nom de ceux que vous entraînerez dans la pauvreté, ne détruisez pas la vie et la paix.

Laissez la paix et l’amour triompher et faites en sorte que vos noms soient associés aux biens que vous avez faits,à la joie que vous avez répandue et l’amour que vous avez partagé.

Priez pour mes soeurs et pour moi, alors que nous essayons d’aimer et de servir les pauvres le mieux possible comme Dieu les aime.

À notre tour, nous prions pour que vous aimiez et vous protégiez ce que Dieu vous a confié.

Que Dieu vous bénisse aujourd’hui et toujours. »

Mère Teresa

Et si le pouvoir de la paix appartenait à tous !

Extrait de "Mère Teresa, ce qu'elle n'a pas dit", de Philippe Legrand, publié aux éditions Salvator, 2014. Pour acheter ce livre, cliquez ici.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !