Guerre des devises : pourquoi votre argent est en première ligne | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Guerre des devises : pourquoi votre argent est en première ligne
©

Decod'Eco

Guerre des devises : pourquoi votre argent est en première ligne

Vous ne vous sentez pas concernés par ce qui se passe sur le dollar, le yen ou le yuan ? Dommage... Parce que vous et votre épargne êtes en première ligne de ces enjeux. Explications.

Isabelle  Mouilleseaux

Isabelle Mouilleseaux

Isabelle Mouilleseaux est directrice de publications chez Publications Agora.

Elle a notamment co-écrit Le déclin du Dollar : une aubaine pour vos investissements ? (Valor, 2008).

Voir la bio »

Guerre des devises, variations des taux de change, euro, dollar, yuan, yen... Peut-être n'avez-vous que faire de toute cette agitation sur le marché des changes ? "Je n'investis pas sur le Forex, cela ne me concerne pas", vous dites-vous sereinement.

Détrompez-vous ! Vous êtes en première ligne -- vous, votre compte bancaire, votre Livret A, votre argent.

Le pouvoir d'achat de votre argent est d'une volatilité extrême

Prenez l'euro/dollar par exemple. Quand l'euro/dollar grimpe, votre argent "prend de la valeur". Vous pouvez acheter plus de choses libellées en dollar avec un euro (des entreprises, des vacances, des biens, des services...).

Quand il baisse, au contraire, votre argent "perd de la valeur". Vous pouvez acheter moins de choses libellées en dollar avec un euro (oubliez vos vacances à l'étranger, elles vont vous coûter un bras...)

Plus ou moins 20% dans les dents en quelques semaines

C'est la variation du pouvoir d'achat de votre argent. Regardez :

Variation du pouvoir d'achat de l'euro en dollar

Maintenant, prenons un peu de recul et regardons le panorama d'ensemble sur ce graphique. Que voyons-nous ?

La tendance de fond décline clairement. Votre argent a perdu 20% de son pouvoir d'achat (en dollar) en cinq ans, l'euro/dollar étant passé de 1,60 à 1,28 entre 2008 et aujourd'hui. Cela malgré le fait que la planche à billets américaine tourne à plein régime ! Imaginez où nous en serions si elle ne tournait pas...

C'est la même chose contre la plupart des monnaies

Notre euro perd structurellement de la valeur. L'Euro Index, qui reflète la valeur de l'euro contre un panier de monnaies (dollar, sterling, yen, franc suisse, couronne suédoise) en atteste : le pouvoir d'achat international de notre monnaie a perdu 18% depuis 2008 (et jusqu'à 25% fin 2012 ! Merci la Banque centrale japonaise...)

Variation du pouvoir d'achat de l'euro contre un panier des principales devises mondiales

Et n'allez pas imaginer que vous êtes à l'abri si vous ne mettez jamais le nez hors de nos frontières. Le prix de nos importations a augmenté de 20% du fait de la dépréciation de l'euro.

Cette tendance à la dépréciation va-t-elle s'arrêter ?

Visiblement, nous sommes embarqués à bord de l'euro-Titanic. Embourbé dans la dette jusqu'au cou, plombé par une croissance condamnée à rester molle des années, l'euro aura bien du mal à redresser la barre. Il est comme... tiré par le fond.

Comment ça, où sont les canots de sauvetage ?

[Retrouvez Isabelle Mouilleseaux et son équipe dans L'Edito Matières Premières, pour tout savoir sur les marchés des matières et ce qui les fait évoluer au jour le jour. C'est par ici...]

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !