Grèce : votre assurance-vie en danger | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Consommation
La situation économique grecque peut mettre en danger votre assurance-vie.
La situation économique grecque peut mettre en danger votre assurance-vie.
©

Pots cassés

Grèce : votre assurance-vie en danger

Il n’y a pas que les banques qui possèdent des emprunts grecs ; les compagnies d’assurance également. La différence, c’est qu’elles les ont refourgués dans vos contrats d’assurance-vie…

Philippe Herlin

Philippe Herlin

Philippe Herlin est chercheur en finance, chargé de cours au CNAM.

Il est l'auteur de L'or, un placement d'avenir (Eyrolles, 2012), de Repenser l'économie (Eyrolles, 2012) et de France, la faillite ? : Après la perte du AAA (Eyrolles 2012) et de La révolution du Bitcoin et des monnaies complémentaires : une solution pour échapper au système bancaire et à l'euro ? chez Atlantico Editions.

Il tient le site www.philippeherlin.com

Voir la bio »

Les banques et les sociétés d’assurance possèdent des emprunts grecs dans leurs comptes, mais si la Grèce tombe en défaut, les conséquences ne sont pas du tout identiques. Pour les banques c’est une perte sèche, si par exemple la dette est dévaluée de 50 %, c’est autant de définitivement perdu pour elles.

Par contre,les assureurs peuvent déduire cette perte dans les contrats d’assurance-vie de leurs clients ! Ils versent le rendement garanti, moins la perte en capital (en général c’est écrit en tout petit en bas du contrat…). Ainsi, Axa annonce tout à fait officiellement une exposition « brute » à la dette grecque de 1,9 milliard d’euros [ndlr : Axa nous a précisé qu'il s'agissait en réalité de 1,1 milliard d'euros], mais une exposition « nette » de 300 millions d’euros seulement. Autrement dit, 1,6 milliard de pertes pour les clients de ses contrats d’assurance-vie… Groupama détient 2 milliards d’euros d’emprunts grecs, mais ne donne pas son exposition nette, la proportion, toutefois, ne doit pas être très différente.

Sur l’exemple d’Axa, les clients encaissent donc 85 % de la perte ! Et voici une façon supplémentaire de faire payer aux contribuables le renflouement de la Grèce, après les plans de sauvetage, in fine financés par l’impôt, voici le deuxième effet Kiss Cool, l’assurance-vie.

Et on ne parle ici que de la Grèce.Groupama détient 13,3 milliards d’euros de dette souveraine de pays de la zone euro en difficulté (Portugal, Irlande, Italie, Grèce et Espagne). Mettons l’Italie de côté, qui parvient pour l’instant à se refinancer sans difficulté. L’Irlande et le Portugal sont exactement dans la même situation que la Grèce, c'est-à-dire insolvables. Ce sont les prochains sur la liste. Et l’Espagne, très liée au Portugal et faisant face à une énorme bulle immobilière, n’est pas très loin.

Quelles seraient les conséquences sur les contrats d’assurance-vie français si ces pays faisaient défaut ? Enormes, bien sûr. Il est peut être temps, pour ceux qui détiennent ces produits de placement, de se renseigner sur le contenu réel de leurs contrats.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !