Glousser, pouffer ou ricaner : quand la façon de rire en dit beaucoup sur la personnalité | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Le rire change énormément d'une personne à l'autre.
Le rire change énormément d'une personne à l'autre.
©

Lol

Glousser, pouffer ou ricaner : quand la façon de rire en dit beaucoup sur la personnalité

Le rire dévoile beaucoup de la personnalité d'une personne, comme le montre une étude commandée par la marque britannique Lambrini.

Cristallin, contagieux, contrôlé, aigu, tonitruant, enfantin... le rire change énormément d'une personne à l'autre. Mais ce que la plupart des personnes ignorent, c'est qu'il peut signifier des choses bien différentes et en révèle beaucoup plus sur quelqu'un que ce que l'on pourrait imaginer. Une étude commandée par la marque britannique de boissons alcoolisées Lambrini dévoile justement quels secrets renferment les différents rires. Pour ce faire, ils ont divisé les rires en plusieurs catégories et ont demandé à Judi James, spécialiste des comportements et du langage corporel, de découvrir ce que chaque rire signifie.

L'experte a ainsi découvert qu'un rire caractérisé par une respiration sifflante, qui se produit notamment quand les cordes vocales sont très serrées et que donc seul un petit sifflement sort de la bouche, est "la résultat résultat d'années passées dans une carrière où le silence est la norme". "Ce besoin d'un comportement extrêmement contrôlé venant pourtant d'une personne plutôt joyeuse avec un sens de l'humour développé mène souvent à des effondrements physiques caractérisés par un penchant en avant ou l'action de se cacher le visage dans ses mains" précise Judi James.

Qu'en est-il du rire contagieux ? Selon l'experte, un rire reconnaissable entre tous qui entraîne immédiatement l'hilarité d'une foule peut être perçue comme l'envie de se faire remarquer mais également un signe de "vanité", l'envie d'être "féminine". Mais si le rire part à toute vitesse et est donc franc et naturel, il "manifeste en fait les qualités sociales" d'une personne selon Judi James qui assure que les personnes seront alors perçues comme amusantes et terre-à-terre. Des qualités qui se prêtent complètement à la chanteuse Adele qui, en plus de sa voix étonnante, est également caractérisée par un rire contagieux.


Autre rire souvent entendu au dîner : le rire sans joie que l'on peut notamment remarquer lorsque la bouche ouverte émet une espèce de gloussement sans que l'expression de joie ne prenne vraiment possession de la partie supérieure du visage. Selon la spécialiste du langage corporel interrogé par Lambrini, cela "suggère que la rire est une forme de performance soit par politesse soit pour attirer l'attention et faire glousser l'audience au rire lui-même".

Pour comprendre ce que révèle le rire soi-disant enfantin, il ne faut pas chercher très loin. Ce rire impulsif qui cache des moqueries et est souvent suivi de regards vers les autres pour se rassurer aurait en fait pour but "d'intensifier une plaisanterie pour le bénéfice d'autrui". Il se rapproche ainsi du rire de bébé.

Ce petit ricanement, notamment caractérisé lorsque la bouche est tirée vers le bas dans une expression de tristesse et que le rire explose dans un son qui ressemble à celui qu'un bébé fait quand il a faim, se produit en effet quand une personne a dit quelque chose qu'il aurait mieux valu qu'elle taise. Un rire qui justifie une erreur en somme et fait état d'un certain sentiment de culpabilité, comme le rire réprimé explosif.

En effet, tenter de réprimer un rire sans vraiment y parvenir et le faire finalement exploser est le signe selon Judi James d'une certaines "culpabilité qui produit un sentiment de malice qui renforce à son tour le besoin de rire".

Autre signe de censure : le petit gloussement qui se caractérise notamment par un faible mouvement du torse et des petites rides sur le visage. Cela indiquerait selon l'étude soit "de la timidité, soit le désir d'être vu comme quelqu'un de 'bon'". En effet, ce rire est "habituellement une réponse contagieuse et empathique aux grivoiseries d'autres personnes" ce qui signifierait que les "glousseurs" "s'imaginent être des personnes bien élevées qui aiment toutefois encourager les autres dans leurs plaisanteries".

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !