Giorgia Meloni, une Marion Maréchal qui aurait réussi… | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Europe
Giorgia Meloni, salue alors qu'elle prononce un discours le 23 septembre 2022.
Giorgia Meloni, salue alors qu'elle prononce un discours le 23 septembre 2022.
©Andreas SOLARO / AFP

Italie : à droite toute !

Giorgia Meloni, une Marion Maréchal qui aurait réussi…

Quelle est sa recette ?

Benoît Rayski

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio »

Selon tous les sondages, Giorgia Meloni sera la prochaine présidente du Conseil italien. Elle est à la tête d’une coalition réunissant la droite, l’extrême droite (mais peut-on encore dans son cas parler d’extrême droite ?) et le centre.

Matteo Salvini et Silvio Berlusconi se sont inclinés et ont accepté son leadership. Avec eux l’Italie est majoritairement, très majoritairement de droite !

Giorgia Meloni vient de loin. Jeune militante, elle a fait ses premières armes au MSI, parti néofasciste. Puis elle s’est intelligemment débarrassée de Mussolini. Comme Marine Le Pen a signifié son congé à son père.

Elle a pour elle de venir d’un quartier pauvre. De quoi séduire l’électorat populaire. Son programme est simple : stopper l’immigration, s’affranchir des carcans européens et libéraliser l’économie.

Elle a réussi à unifier les droites italiennes là où Marion Maréchal a échoué. Mais la droite française tourne le dos à l’Italie. Les principaux postulants à la présidence des Républicains ont en effet rejeté toute alliance avec l’extrême droite. Et ainsi ils sont assurés de ne jamais gagner.

PS : la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen, a mis, à mots couverts, en garde les Italiens contre le vote Giorgia Meloni. Ça va lui rapporter des voix. 

À Lire Aussi

Vladimir Poutine a-t-il eu la peau de Draghi ?

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !