Ghosn with the wind | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Ghosn with the wind
©ERIC PIERMONT / AFP

Evasion

Ghosn with the wind

Carlos Gohsn, le patron déchu de Renault et Nissan, a quitté mardi le Japon, où il était assigné à résidence en raison d'accusations de malversations financières, dans des circonstances encore mystérieuses.

Sophie de Menthon

Sophie de Menthon

Sophie de Menthon est présidente du Mouvement ETHIC (Entreprises de taille Humaine Indépendantes et de Croissance) et chef d’entreprise (SDME)

Voir la bio »

Carlos Ghosn nous fait commencer l'année en rêvant ! Oublions un peu les notes de frais royales, les accusations financières, etc. bref les motifs, légitimes ou pas, qui l'on fait mettre en accusation, rappelons- nous un peu le chef d'entreprise stupéfiant d'efficacité qui a fait de Renault le premier groupe mondial d'automobiles (certes un peu caractériel, mais c'est inhérant à la fonction !) et plongeons-nous dans la super production qu'il nous offre et qui nous réjouit !

Pourquoi de bonne humeur me direz-vous ? Et l'éthique ? Et le respect de la loi ? Et bien justement !  Il faut savoir rire de tout et croire de temps en temps que tout est possible, il faut pouvoir imaginer que l'on peut toujours s'échapper de partout , que la réalité dépasse la fiction, que le rocambolesque parfois l'emporte sur le raisonnable. Une façon pour Carlos de nous souhaiter la Bonne Année à la Lelouch.

Depuis le début, cette histoire nous déplait, toutes considérations morales mises à part, c'était  quand même un grand patron francais auquel nous devons la constitution d'un fleuron national, son arrestation brutale était un peu la nôtre, et en plus par une autorité étrangère , comme ça, sans prévenir ! Quelle tristesse que cette chute brutale d'un piedestal dont nous n'étions pas mécontents et qui était notre fierté ...Et patatras, à la descente d'avion, sans même que notre gouvernement français ni Renault ne soient le moins du monde prévenus, la chute.

On a depuis suivi le feuilleton. La bien-pensance des donneurs de leçons y a trouvé son compte surtout pour nos moralistes anticapitalistes ; le fisc a été outré, Bercy tétanisé qui n'avait rien soupçonné. 

Les Tartuffes ont dit qu'ils s'en doutaient, on s'est repassé en boucle avec jouissance les appartements somptueux et les réceptions à la Fouquet , le mariage royal ...et puis nous nous sommes dit "c'est bien fait". A commencé alors le procès international intenté par des japonais qui avaient préparé le coup depuis longtemps ce qui a commencé à nous agacer. Nous avons assisté à l'emprisonnement, avec images, découverte d'un système judiciaire totalement stupefiant, nous avons appris les conditions de détention quasi inhumaines, et ce sans aucune dérogation pour un de nos compatriotes. On nous a décrit les pseudo supplices encourus : dormir la lumière allumée et dans des positions imposées, la nourriture immonde, l'interdiction de communiquer, etc. Le masque de fer made in Japan.

La trahison des fidèles et de ceux qui avaient accompagné sa réussite s'étalant chaque jour dans les journaux. Trop beau : un grand patron quel qu'il soit, c'est forcément coupable ! Le MEDEF se grattait la gorge avec des "quand même..." timides et circonspects, les anti Macronistes se frottaient les mains, c'est  bien sûr "à cause du président ,souvenez vous ..."

Tout cela traînait en longueur avec des épisodes sentimentaux : sa femme à qui il ne pouvait parler, qui ne pouvait pas rester au Japon de peur de ne plus pouvoir en sortir, et puis le gouvernement francais la tête basse,  ce qui devenait de plus en plus patriotiquement humiliant "c'est un francais quand même ..."On avait cette sorte d'inquiétude diffuse de constater que Mariane ne nous protégeait pas même dans des pays amis.

Et puis le rebondissement : l'évasion façon grande vadrouille ! On a beau être bienveillant en période de fête : qui ose dire qu'il n'a pas ricané en voyant la tête des Japonais?!  Le scoop en pleine actualité poussive, on en oublie même de critiquer l'intervention du Président de la République du 31 décembre ,ce qui aurait dû produire des heures d'antenne, on s'est contenté de jetter vite un micro à la CGT le dernier mot de l'allocution présidentielle à peine avalé pour se reprendre une tartine d'évasion en plein réveillon .La cavale est magnifique à exploiter, pensez donc : il se serait évadé caché dans l'étui du violoncelle d' un musicien de l'orchestre qui serait venu chez lui à Tokyo ( à vérifier, trop beau pour être vrai ) puis le grand jeu : jet privé, escale en Turquie et atterrissage au Liban que l'on nous décrit quasi en liesse, ( il a réussi à rejoindre Beyrouth depuis Tokyo plus rapidement que les Parisiens pour rentrer dans Paris ). La touche sentimentale : les retrouvailles avec sa femme qui aurait été une james bond girl des plus efficaces pour tout préparer, c'est tout juste si on ne  soupçonne pas la Mafia d'avoir donné un coup de main car la théorie du soupçon va maintenant commencer ... 

On apprend qu'il ne pourra être extradé, il parlera enfin pour expliquer qu'il n'a pas fui ses accusations mais un système judiciaire d'une autre époque avec "tortures psychologiques" .Les plus enthousiastes le voient là bas remplacer Said Hariri...rien que ça. Les francais ricanent sur les réseaux sociaux avec humour, déchaînement de jeux de mots et de plaisanteries, on ricane en disant que Netflix aurait dejà racheté les droits! 

C'est un fugitif qui fait sourire la France et nous rappelle "qu'imposible n'est pas francais" ... sauf pour réformer les retraites !

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !