Gaz de schiste : quels impacts sur la santé ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Consommation
Gaz de schiste : quels impacts sur la santé ?
©Reuters

Bonnes feuilles

Gaz de schiste : quels impacts sur la santé ?

Thomas Porcher propose une étude inédite sur les conséquences d'une ouverture législative de l'exploitation du gaz de schiste en France, en s'appuyant sur l'expérience américaine. Extrait de "Le mirage du gaz de schiste" (2/2).

Thomas Porcher

Thomas Porcher

Thomas Porcher est Docteur en économie, professeur en marché des matières premières à PSB (Paris School of Buisness) et chargé de cours à l'université Paris-Descartes.

Son dernier livre est Introduction inquiète à la Macron-économie (Les Petits matins, octobre 2016) co-écrit avec Frédéric Farah. 

Il est également l'auteur de TAFTA : l'accord du plus fort (Max Milo Editions, octobre 2014) ; Le mirage du gaz de schiste (Max Milo Editions, mai 2013).

Il a coordonné l’ouvrage collectif Regards sur un XXI siècle en mouvement (Ellipses, aout 2012) préfacé par Jacques Attali.

Voir la bio »

Le débat actuel sur l’exploitation des gaz de schiste a occulté un facteur important : l’impact sur la santé des populations avoisinant les exploitations. Un rapport de l’institut national de santé commandé par le ministère de la santé Québécois dresse quelques conclusions intéressantes à partir de l’exemple américain. Le rapport indique que « les informations ainsi obtenues ont permis en partie d’étayer l’hypothèse d’un lien causal entre l’exploitation du gaz de schiste et certains effets sur la santé ». Mais surtout, le rapport pointe à plusieurs reprises l’absence d’informations et le manque d’étude sur le sujet : « l’absence de certaines informations essentielles à cette évaluation doit être notée, notamment quant aux techniques employées, aux substances utilisées ainsi qu’à la quantité de polluants émise » mais aussi « à ce jour, il n’existe pas d’étude approfondie sur les effets à la santé reliés à l’eau et l’exploitation du gaz de schiste » ou encore « les connaissances sur la qualité de l’eau liée à l’exploitation du gaz de schiste sont fragmentaires, les zones d’exploitation qui font l’objet d’une surveillance de la contamination de l’eau sont rares ». Le rapport note également les nuisances indirectes issues de la circulation, du bruit, de l’émission de particules nocives ou des vibrations qu’engendrent les activités de forages. Si la France suit le même rythme de forages que les Etats-Unis, les populations avoisinantes vivront constamment ces nuisances, sans prendre en compte celles liées directement à la fracturation hydraulique.

D’ailleurs, dans un autre rapport de l’Université du Colorado publié en 2008, il est écrit : « d'après les preuves fournies, il est probable que les activités d'exploration de pétrole et de gaz peuvent avoir des effets graves sur la santé des populations. Malgré cette possibilité, les industries du pétrole et du gaz ont omis de prendre des mesures raisonnables pour protéger ces familles et les communautés ». Enfin, un article scientifique publié en 2012 par des chercheurs de l’Université du Colorado montre que vivre dans un rayon d’un demi-mile (805 mètres) autour d’un puits augmente les risques de développer des cancers à cause des rejets toxiques dans l’air.

Les conclusions de ces différents rapports sont sans appel. D’abord parce qu’elles montrent, comme nous l’avons dit précédemment, l’asymétrie d’informations entre les instances publiques et les compagnies mais surtout parce qu’elles confirment l’absence de réelles études avant, ou même pendant, la mise en production des gisements. Souvent, les industriels et leurs lobbyistes officieux militent pour un principe de précaution plus souple, mais une analyse sérieuse du cas des Etats-Unis montre que, dans la production des gaz de schiste, aucun principe de précaution n’a été respecté, que ce soit pour la santé des populations ou pour l’environnement. Malgré tout, actuellement en France, c’est ce modèle que certains qualifient de « miracle ».

Extrait de "Le mirage du gaz de schiste", Thomas Porcher, (Editions Max Milo). Pour acheter ce livre, cliquez ici.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !