Frappes en Syrie : grand spectacle et avènement des « frappes négociées » | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Frappes en Syrie : grand spectacle et avènement des « frappes négociées »
©@Elysee

Jouer à la guerre

Frappes en Syrie : grand spectacle et avènement des « frappes négociées »

La France, les Etats-Unis et le Royaume-Uni ont mené dans la nuit du 13 au 14 avril des frappes aériennes en Syrie, dites "négociées". Elles ne sont en réalité que purement symboliques et témoignent d'une fébrilité de l'Occident face à un risque d'escalade.

Roland Lombardi

Roland Lombardi

Roland Lombardi est consultant géopolitique indépendant et associé au groupe d'analyse JFC-Conseil. Il est docteur en Histoire contemporaine, spécialisation Mondes arabes, musulman et sémitique. Il est membre actif de l’association Euromed-IHEDN et spécialiste des relations internationales, particulièrement sur la région du Maghreb et du Moyen-Orient, ainsi que des problématiques de géopolitique, de sécurité et de défense.

Il est intervenant à Aix-Marseille Université et à Sup de Co La Rochelle – Excelia Group. 

Editorialiste à Fildmedia.com, il est par ailleurs un collaborateur et contributeur régulier aux sites d'information Atlantico, Econostrum, Kapitalis (Tunisie), Casbah Tribune (Algérie), Times of Israel. 

Ses dernières publications notables : « Israël et la nouvelle donne géopolitique au Moyen-Orient : quelles nouvelles menaces et quelles perspectives ? » in Enjeux géostratégiques au Moyen-Orient, Etudes Internationales, HEI - Université de Laval (Canada), VOLUME XLVII, Nos 2-3, Avril 2017, « Crise du Qatar : et si les véritables raisons étaient ailleurs ? », Les Cahiers de l'Orient, vol. 128, no. 4, 2017 et « L’Égypte de Sissi : recul ou reconquête régionale ? » (p.158), in La Méditerranée stratégique – Laboratoire de la mondialisation, Revue de la Défense Nationale, Eté 2019, n°822 sous la direction de Pascal Ausseur et Pierre Razoux.

Il a dirigé, pour la revue Orients Stratégiques, l’ouvrage collectif : Le Golfe persique, Nœud gordien d’une zone en conflictualité permanente, aux éditions L’Harmattan, janvier 2020.  

Ses derniers ouvrages sont intitulés Les Trente Honteuses, la fin de l’influence française dans le monde arabo-musulman (janvier 2020) et Poutine d’Arabie, ou comment la Russie est devenue incontournable en Méditerranée et au Moyen-Orient (février 2020), aux VA Editions.

Vous pouvez suivre Roland Lombardi sur les réseaux sociaux :  FacebookTwitter et LinkedIn

Voir la bio »

Comme il y a un an, presque jour pour jour, le Président Trump a ordonné une nouvelle fois mais cette fois-ci avec l’appui de ses alliés britanniques et français, et toujours sans mandat onusien et donc en complète violation du droit international, des frappes sur la Syrie. Elles sont les « représailles » à une attaque chimique présumée, et toujours non prouvée, sur la Ghouta par le régime de Damas le 7 avril dernier.

Ainsi, après une semaine de tensions, une centaine de missiles sont venus s’abattre sur quelques cibles du régime syrien (centres de recherches, bases de la garde républicaine…).

Toutefois, nous assistons au même scénario que j’avais décrit en avril 2017, lors des premières frappes américaines sur le territoire syrien. Cependant, comme l’avait prévu mon ami, le chercheur Fabrice Balanche, l’action de cette nuit sera et restera essentiellement « symbolique ».

En effet, après les menaces proférées par le président américain sur Twitter dès le lendemain de la diffusion de vidéos d’enfants et de femmes de Douma victimes des gaz, une longue semaine s’est écoulée. Une semaine durant laquelle nous avons tous été témoin de la « diplomatie de la testostérone » mais où, dans les coulisses, généraux américains et russes se concertaient pour mettre en scène cette « grande représentation ». Car, comme l’ont déclaré les officiels occidentaux dans les débriefing médiatiques de cette nuit et ce matin, ces frappes (coordonnées avec les Français, les Britanniques mais aussi les Russes !) ont été « limitées », « ciblées » et ont épargné les troupes iraniennes et russes, puisque ces derniers ont été « prévenus en amont » comme l’a déclaré, Florence Parly, la ministre française des Armées. Et pour cause, durant une semaine, les militaires russes, iraniens et syriens ont largement évacué les sites sensibles menacés. D’ailleurs, nous ne connaissons pas encore ce matin, l’évaluation des dégâts et le nombre des victimes, mais ils ne devraient pas être conséquents. De fait donc, on a rarement vu dans l’histoire, sauf encore une fois en avril 2017, des chefs de guerre annoncer, avec des jours d’avance, qu’ils allaient attaquer ! C’est en quelque sorte, l’avènement des « frappes négociées » !

Pour Donald Trump l’honneur est sauf ! Pour ne pas perdre la face après ces fanfaronnades habituelles, et toujours aussi « harcelé » en interne par tout l’establishment américain, il se devait de réagir. Toutefois, même si le président américain joue au « bad dog » et qu’il s’est entouré depuis de « neocons » comme pour John Bolton et Mike Pompeo afin de remplacer respectivement les « modérés » de son administration, le Conseiller à la sécurité nationale général McMaster et le Secrétaire d’Etat, Rex Tillerson, il n’en reste pas moins que Trump ne souhaite véritablement pas un affrontement direct avec Moscou (il avait même annoncé, il y a quelques semaines, qu’il voulait se désengager en Syrie !). Par ailleurs, fort heureusement, les généraux John Kelly, son chef de cabinet, et James Mattis, le Secrétaire à la Défense sont encore là et « veillent au grain »… mais pour combien de temps ?

En attendant, Trump, tout en démontrant qu’il tient ses promesses et qu’il se démarque de son prédécesseur, espère ainsi atténuer les formidables pressions qu’il subit (« lynchage » médiatique permanent, poursuites judiciaires, accusations sur sa vie privée, sur ses présumées collusions avec les Russes durant sa campagne, problèmes politiques avec le Congrès, élections de mi-mandat…).

De même, Israël et l’Arabie saoudite, qui soutiennent la dernière action américaine, sont satisfaits puisqu’elle représente également un message fort adressé aux Iraniens : les Américains restent dans le jeu et pourraient ne pas hésiter à intervenir s’ils se révélaient trop menaçants.

Quoi qu’il en soit, même s’ils risquent de rester sur leur faim, tous les « va-t-en-guerre » occidentaux, et surtout américains, en auront pour leur argent.

Mais, même si certains groupes de pressions puissants souhaiteraient un embrasement de la région, la situation reste sous contrôle. Pour l’instant. Car, sauf incident grave et comme l’annonce dans une récente et excellente analyse, mon collègue chercheur, Barah Mikaïl, la Russie ne se brûlera pas les ailes en rétorquant à l’attaque des Etats-Unis et de ses alliés et « une conflagration américano-russe sur fond de désaccord en Syrie paraît peu probable en dépit des apparences », même si elle n’est pas exclue pour autant.

Au final, les évènements de cette nuit ne changeront en rien le cours de la guerre en Syrie et la victoire prochaine du régime soutenu par Moscou et Téhéran.

Très cyniquement, le sensationnalisme, les déclarations fracassantes et belliqueuses de part et d’autre et toute cette instabilité régionale satisfont finalement beaucoup de monde : d’abord, les complexes militaro-industriels de tous bords (il faudra bien « renouveler » les missiles tirés cette nuit, quant aux Russes, ils vendront encore plus de systèmes de défense anti-aérienne comme ils le font à chaque fois que les Israéliens frappent en Syrie !), puis tous les grands médias qui vendent alors beaucoup de papiers et multiplient les éditions spéciales. Enfin, il ne faut pas oublier également qu’elle fait remonter, certes timidement mais tout de même, le prix des hydrocarbures…

Plus que jamais, la phrase de Paul Valery prend tout son sens : « La guerre, un massacre de gens qui ne se connaissent pas, au profit de gens qui se connaissent mais ne se massacrent pas ».

Encore une fois, ne perdons pas de vue qu’en relations internationales, les voies des Seigneurs sont souvent impénétrables et que la scène est toujours là pour amuser la galerie mais que tout ce qui est sérieux se joue souvent dans les coulisses…

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !