Collaborateurs, équipes resserrées : François Hollande en paroles… pas en actes | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Collaborateurs, équipes resserrées : François Hollande en paroles… pas en actes
©

Faites ce que je dis...

Collaborateurs, équipes resserrées : François Hollande en paroles… pas en actes

Le candidat socialiste, François Hollande est entouré pour sa campagne présidentielle de 187 collaborateurs. Qu' en sera t-il de son gouvernement s'il est élu en mai prochain ?

Bertrand Janicaud

Bertrand Janicaud

"Bertrand Janicaud" est chef d'entreprise.

Il écrit sous pseudonyme.

 

Voir la bio »

Dans cette campagne présidentielle, François Hollande ne s’embarrasse pas de cohérence. Le candidat socialiste, qui multiplie les promesses contradictoires depuis des semaines, doit-il être jugé sur ce qu’il dit ou sur ce qu’il fait ? S’il promet un gouvernement resserré avec un nombre de conseillers limité, son équipe de campagne est pléthorique : elle ne compte pas moins de 187 collaborateurs pour 25 pôles thématiques !

10 ministères pour la France, 25 pôles pour le PS !

A quoi ressemblera le gouvernement de la France en cas de victoire socialiste en mai et juin prochain ? Ce sera un gouvernement resserré jure la main sur le cœur (comme tous ses prédécesseurs) François Hollande. Et le député de Corrèze de se faire plus précis : « je suggère une dizaine de grands pôles autour desquels l’action gouvernementale doit être menée ».

Dix grands ministères donc. Plus de « sous-secrétariats d’Etat aux choux-farcis » pour reprendre l’expression de Jacques Chirac, mentor corrézien es rouerie politicienne de François Hollande, qui aimait à répéter que « les promesses de campagne n’engagent que ceux qui y croient ».

Le coup du gouvernement resserré est certes un brin tarte à la crème, mais pourquoi ne pas accorder à François Hollande le bénéfice du doute ? Peut-être parce que le candidat socialiste a jugé utile de créer pour sa simple équipe de campagne, pas moins de 25 pôles thématiques. Autant de mini-ministères socialistes qui doivent porter le projet du PS.

Il faudra donc expliquer aux Français en quoi une campagne présidentielle nécessite 2,5 fois plus de pôles thématiques que n'en comptera la politique de la France s'il est élu. François Hollande, qui n’a jamais été ministre, n’est peut-être pas au courant des lourds rouages de notre République mais le bon sens suffit à comprendre que les énergies à déployer au service de la France sont plus grandes que celles nécessaires pour mener des batailles partisanes.

10 conseillers pour un ministre, 187 pour un candidat !

Et le grand-écart hollandais de se poursuivre sur la question des collaborateurs. Avec toujours, dans le discours, ce sens mitterrandien de la mesure et de la retenue… en totale opposition avec la réalité de ses actes (toujours ce côté sphinx mitterrandien que François Hollande singe à outrance).

« Pour un ministre, disposer de dix collaborateurs me paraît suffisant », affirme donc François Hollande qui en connait un rayon sur la question puisque son ex-compagne a été plusieurs fois au gouvernement… Mais pourquoi condamner par avance la tempérance manifeste du candidat socialiste ?

Parce qu’encore une fois, François Hollande ne s’applique pas à lui-même les belles promesses qu’il assène aux Français. Son équipe de campagne est constituée de 187 collaborateurs ! Un chiffre-record pour une campagne électorale ! Y a-t-il 177 collaborateurs de trop dans l’armée mexicaine socialiste ? Ou François Hollande lance-t-il des promesses farfelues pour occuper le terrain ?

Petite consolation. Le candidat socialiste est malgré tout en train de réussir le tour de force de faire oublier en deux semaines de campagne les aimables surnoms dont le gratifient depuis des années ses camarades socialistes ? Oubliés les Flamby et Babar imaginés dit-on par Laurent Fabius : les revirements à répétition et les incohérences du candidat socialiste ont fait éclore sur le Web une nouvelle appellation : « François la girouette » !

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !