Le franc suisse menacé par le sauvetage de l'euro ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Le franc suisse menacé par le sauvetage de l'euro ?
©

Paradis qui câle

Le franc suisse menacé par le sauvetage de l'euro ?

Dans les heures qui ont suivi la conclusion du sommet de crise de la zone euro, soldé par un plan de sauvetage à la Grèce de 160 milliards d'euros, le franc suisse s'est considérablement affaibli par rapport à la monnaie européenne. Où va la traditionnelle valeur refuge des investisseurs ?

Stefano Schiavo

Stefano Schiavo

Stefano Schiavo est professeur d'économie à l'Université de Trente (Italie) et chercheur affilié à l'OFCE (Centre d'Economie de Sciences Po).

 

Voir la bio »

Atlantico : Comment s'explique la chute brutale du franc suisse (CHF) depuis la fin du sommet de l'euro ?

Stefano Schiavo : La chute du CHF après les (bonnes) nouvelles arrivées de Bruxelles est liée au rôle de valeur refuge que joue la monnaie suisse. Le nouveau plan de soutien à la Grèce a suscité une réaction positive des marchés financiers, et donc une amélioration de la perception de la situation économique européenne et mondiale, ainsi qu'une diminution du risque perçu par les investisseurs.

Dans ces conditions, il me semble assez normal que l'on observe des ventes de devises suisses au profit de l'euro, ce qui entraîne une perte de valeur du CHF.

Au-delà de l'effet de réaction à court-terme, certains observateurs voient dans cette chute brutale la conséquence d'une surévaluation chronique qui aurait des conséquences négatives sur l'économie Suisse : qu'en pensez-vous ?

A la dynamique précédente, on peut probablement ajouter un "effet Suisse" spécifique qui vient du fait que le CHF s'est pas mal apprécié vis-à-vis l'euro depuis 2009, et se situe donc aujourd'hui à un niveau très élevé. Cette "surévaluation" (par rapport à des valeurs historiques) peut suggérer une possible perte de valeur à moyen terme, vu que l'économie suisse et ses exportations commencent à en souffrir.

Donc, la possibilité que le CHF ait un tendance à la baisse, ajoutée à un taux d’intérêt gardé très bas par la Banque Central (SNB), incite les investisseurs à limiter l'exposition au CHF dès que la situation sur les autres marchés européens le permet (comme hier après le sommet de la zone euro).


Le franc suisse restera-t-il encore longtemps une valeur refuge ? L'hypothèse d'une entrée de la Suisse dans la zone euro  à moyen-terme est-elle farfelue ?

Je ne crois pas que la Suisse ait une quelconque intention d'entrer dans la zone euro. Le CHF a servi très bien le pays jusqu'à présent, et il faut se rappeler que la Suisse n'est même pas membre de l'UE...

Le rôle du CHF comme valeur refuge va probablement demeurer important, du moins tant que la situation économique en Europe et aux États Unis restera "volatile" et fragile.

Si l'on observe les difficultés des États-Unis à trouver un accord budgétaire pour continuer à financer leur dette, on voit bien que la Suisse n'est pas seule à avoir quelques problème : elle n'est sûrement pas la première dans la liste des économie en difficulté !

Si (et c'est une hypothèse pour l'instant assez improbable selon moi) les États-Unis arrivent à produire un plan de redressement fiscal et budgétaire de moyen terme jugé crédible par les marchés, et si la situation européenne se calme, alors il est possible que, pour quelques temps, les investisseurs utilisent le CHF comme une monnaie dans laquelle s'endetter pour investir dans d'autres pays (carry trade).

La conjonction d'un taux de change en baisse et d'un taux d’intérêt très bas (0-0,75% en suisse, contre 1,5 pour la zone euro) ferait du CHF une bonne base pour le "carry trade". Mais je ne crois pas que le temps du franc suisse comme valeur refuge soit terminé.  

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !