Forfaits illimités : après le big bang Free, la nouvelle guerre de la téléphonie mobile | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Consommation
Xavier Niel à la présentation des nouveaux forfaits de Free.
Xavier Niel à la présentation des nouveaux forfaits de Free.
©Reuters

Friture sur la ligne

Forfaits illimités : après le big bang Free, la nouvelle guerre de la téléphonie mobile

Trois mois après l'arrivée de Free, l'industrie de la téléphonie mobile se recompose. Et si nous étions en train de passer à l'ère du tout illimité comme ce fut le cas pour Internet au début des années 2000 ?

Fabien Grenier

Fabien Grenier

Fabien Grenier a co-fondé Forfaits-Sans-Engagement.fr, le comparateur des nouveaux forfaits mobiles Low Cost et sans aucun engagement.

Actuellement co-fondateur d'une société de marketing à la performance, il a aussi travaillé chez Time Warner et Publicis.

Voir la bio »

Voilà plus de trois mois que Free Mobile a déferlé sur la planète de la téléphonie mobile. Plus de 90 jours au cours desquels il n’a finalement pas été facile d’être un consommateur, entre le fait de se faire traiter de « pigeon » puis de subir les désagréments d’un réseau assez bancal, le client s’est senti compris puis trompé, pour certains.

Au final, la véritable révolution s’est déroulée grâce à tous les acteurs qui ont ouvert une voie, la voie royale à l’illimité pour tous. En cette période d’élection présidentielle, cela sonne comme un pamphlet du tribun Mélenchon : « L’illimité pour tous ! ». Décryptage.

Free Mobile a (re)lancé les hostilités

Alors que tout le monde a en tête la date du 10 janvier 2012, jour où Magic Niel a rendu possible l’improbable quelques semaines auparavant, il ne faut pas oublier que Sosh (Orange), B&YOU (Bouygues Telecom) et Red (SFR) dans une moindre mesure avaient proposé un forfait illimité 1.0.

L’objectif était d’amortir à minima l’arrivée du 4ème opérateur. Raté. Free Mobile déboula avec un forfait illimité quasiment 2 fois moins onéreux que celui de Sosh, et, doté de plus de data (internet mobile), à savoir l’élément le plus cher d’une telle offre. Donc, oui, Free Mobile a mis l’illimité au goût du jour en ratiboisant les marges des opérateurs dits historiques, alors mises au jour de tous.

La réplique à Free Mobile

Dès le premier round d’un combat dont les rounds continuent de s’égrener depuis le début du mois de janvier, on pensait les concurrents de la bande à Niel KO debout. Ils ont rapidement riposté par le biais des offres sans engagement en s’alignant tous ou presque sur les règles définies par le nouvel entrant. B&YOU comme d’autres ont proposé le tout-illimité au prix qui va sans doute être la référence pendant de nombreuses années, à savoir à moins de 20 euros par mois. Sosh pour sa part continue de proposer un tarif de 5 euros plus élevés afin de la jouer « qualité ».

Dans un deuxième temps, les concurrents ont dégainé leurs offres avec engagement en proposant de l’illimité à moins de 50 euros dans le cadre d’un abonnement sur 24 mois. Evidemment, ces offres comprennent un nouveau téléphone flambant neuf. D’ailleurs, sur les deux segments (avec et sans engagement), les concurrents n’hésitent pas à faire des pieds et des mains pour proposer des terminaux introuvables chez l’opérateur d’Iliad.

Un resserrement des tarifs : la mort annoncée des offres « limitées » ?

Face à cette homogénéisation de l’offre, et surtout, face à la baisse drastique des prix, on peut légitimement se demander si les offres classiques ont encore une raison d’exister face à cet envahissement des forfaits mobiles illimités. Alors que les ménages français avaient pour habitude de dépenser plusieurs dizaines d’euros par personne dans le cadre d’un abonnement « limité », les forfaits 1 heure, 2 heures ou encore bloqués sont devenus plus rares car tous les opérateurs ont « nettoyé » leur catalogue respectif.

A terme, on peut tout à fait imaginer que le forfait illimité deviendra un standard, que ce soit avec ou sans engagement. L’intérêt de payer quelques euros de moins pour des offres limitées Vs des offres mobiles reste limité à une (de plus en plus) faible proportion de la population.

Les offres Triple Play comme Quadruple Play emboitent le pas

Evidemment, tous les opérateurs cherchent à se différencier afin de glaner des nouvelles parts de marché dans le cadre de cette révolution des usages par les prix. Dans un tel contexte, Virgin Mobile a été le premier opérateur à dégainer en proposant la première offre Quadruple Play (internet fixe, téléphonie fixe illimité, télévision et téléphonie mobile avec SMS illimités) à moins de 30 euros. A ce titre, dans les semaines à venir, il est tout à fait légitime d’imaginer que des offres semblables comprenant de l’illimité à tous les niveaux soient proposées. Ne sommes-nous pas en train de vivre la même scène qu’il y a quelques années lorsque l’internet fixe est devenu illimité ?

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !