Écologie : la vacance de monsieur Hulot, c’est vraiment du Joly... | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Écologie : la vacance de monsieur Hulot, c’est vraiment du Joly...
©

Zone franche

Écologie : la vacance de monsieur Hulot, c’est vraiment du Joly...

Éva Joly est ce qui est arrivé de pire à la cause écolo depuis Antoine Waechter. Ramenez Hulot, qu’il aide à réveiller cette campagne insipide !

Hugues Serraf

Hugues Serraf

Hugues Serraf est journaliste et écrivain. Son dernier roman : Deuxième mi-temps, Intervalles, 2019

 

Voir la bio »

Quiconque s’est infligé, comme je l’ai fait l’autre soir par pur désœuvrement masochiste, une heure d’Éva Joly sur TF1 et se pique d’un minimum d’honnêteté est bien forcé de l’admettre : la dame est ce qui est arrivé de pire à la galaxie écolo depuis Antoine Waechter.

Ce n’est pas tant son absence déroutante de charisme, son côté instit revêche et son incapacité à échanger des idées courtoisement qui heurtent, même si ça n’aide pas beaucoup, mais plutôt son manque total d’intérêt pour la cause environnementale.

OK, elle est d’origine scandinave et l’on sait à quel point nos amis vikings sont branchés tri sélectif (ce qui n’empêche pas les retraites norvégiennes d’être financées par le pétrole, la pêche à la baleine et l’aquaculture intensive), mais si c’est son seul titre de gloire pour se voir confier le sauvetage de la planète, l’apocalypse risque de ne pas être retardée bien longtemps...

Ah si : Éva Joly n’aime vraiment pas le nucléaire. Ça, je crois que c’est clair. Pour autant, même les types de chez BP et Total ne l’aiment pas, cet atome qui leur fait de l’ombre. Alors ça nous fait une belle jambe… Hum, je crois aussi qu’elle mange cinq fruits et légumes par jour et qu’elle fait du vélo mais c’est également mon cas et je ne me fais pas passer pour un « tree hugger » pour autant.

Le truc, et c’est une évidence qui doit  désormais frapper jusqu’aux plus suicidaires des militants EELV, c’est que sa présence dans la campagne est à la fois inutile (les accords avec le PS pour les législatives sont déjà dans la boîte) et contre-productive (si son score est inférieur à ce que même feu Hervé Morin pouvait espérer dans ses rêves les plus fous, la rue de Solferino peut toujours déchirer le contrat de mariage).

Car enfin, a-t-on jamais moins causé d’écologie dans une présidentielle récente ? Non, l’environnement au sens large ― c’est à-dire au-delà des truismes des uns et des autres sur la nécessité d’une réorientation de notre mix énergétique ― est totalement hors-sujet et c’est à peine si l’on entend parler d’agriculture, de pêche, de développement durable, de transports, de santé, d'impact sur l'industrie, etc. dans les gazettes.

Sortir le débat présidentiel des trente-sixièmes dessous dans lequel il se vautre...

L’ami Hulot, s’il n’avait pas été expédié en vacances forcées par la poignée d’intégristes qui décide de la manière dont les Verts foirent leurs participation à une élection depuis des années, aurait incontestablement fait mieux. Et non seulement sa place dans le classement aurait-elle été moins humiliante mais, surtout, il aurait pu contribuer à sortir le débat des trente-sixième dessous dans lesquels il se vautre ― entre ces calembredaines de viande halal et ces carabistouilles de civilisations comparées...

Nicolas Hulot, en fait, c’était le type qui pouvait apporter un supplément d’intelligence au Barnum pré-présidentiel ; l’écolo pro-système bien plus capable de faire avancer les choses que n’importe quelle magistrate dénuée d’humour et d’empathie pour les humains de chair et de sang. Ces gens qui font des erreurs et lisent autre chose qu’un Dalloz le soir à la veillée.

Les Verts tenaient leur "Bad-Godesberg" (du nom du fameux congrès des socialistes allemands troquant leur marxisme pour cette social-démocratie efficace que le monde leur envie), ils ont préféré le repli sur la pureté trotsko-macrobiotique…

Bah, perdus pour perdus, un échange standard dans la dernière ligne droite n'est peut-être pas si inconcevable. En rupture de télé, Hulot est au chômedu et assure étudier toute proposition raisonnable au sens de Pôle emploi. Éva en serait verte, c'est sûr, mais bon, ça ne lui ferait peut-être pas de mal.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !