États-Unis : homicides, pillages et justice poétique | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Des policiers de Chicago enquêtent sur les lieux d'une fusillade à Chicago, le 21 juillet 2020.
Des policiers de Chicago enquêtent sur les lieux d'une fusillade à Chicago, le 21 juillet 2020.
©KAMIL KRZACZYNSKI / AFP

Le wokisme tue

États-Unis : homicides, pillages et justice poétique

Les villes américaines sont confrontées à une hausse des homicides. Les pillages se multiplient dans les commerces également. Entre 2019 à 2020, les homicides ont augmenté de plus de 29% aux Etats-Unis, la plus forte hausse annuelle depuis 1905. Les métropoles américaines (les villes de plus de 250 000 habitants) ont enregistré une augmentation de 32% d'homicides en 2020.

Xavier Raufer

Xavier Raufer

Xavier Raufer est un criminologue français, directeur des études au Département de recherches sur les menaces criminelles contemporaines à l'Université Paris II, et auteur de nombreux ouvrages sur le sujet. Dernier en date:  La criminalité organisée dans le chaos mondial : mafias, triades, cartels, clans. Il est directeur d'études, pôle sécurité-défense-criminologie du Conservatoire National des Arts et Métiers. 

Voir la bio »

Dans l'éruption violente qui suivit, en mai 2020, l'étouffement d'un suspect noir par des poli­ciers de Minneapolis ; parmi les incendies et pillages ; quand les homicides explosaient à un rythme inouï depuis plus d'un siècle - bref, en plein chaos - le grand luxe s'exalta pour l'anar­chie. Distinguons ici la normale compassion de milliardaires pour les populations de misé­rables ghettos, d'une part ; de l'enthousiasme pour des émeutiers ou pillards - voire des es­crocs, comme vu depuis, de l'autre. Des bijoutiers, vendeurs de sacs à main et autres jouets pour adultes, dont le prix du moindre nourrirait un mois une famille pauvre, s'enflammèrent alors pour des proto-terroristes ; leur démarche soi-disant vertueuse-solidaire cachant mal l'attrait malsain du bourgeois pour le si viril et violent voyou - et l'intéressé marketing.

La sagesse chinoise évoque ce paysan simplet qui, soulevant un rocher, se le fit ensuite tom­ber sur le pied ; la Grèce antique évoquait, elle, la justice poétique : désormais, tel est précisé­ment le sort desdites grandes marques, hypnotisée d'abord par des voyous et émeutiers, et peu après pillées par les mêmes.

L'Amérique dit smash and grab : une meute de 10 à jusqu'à parfois 80 voyous (flash mobs) ar­més de marteaux, barres de fer, etc., investit un magasin de luxe, moleste le personnel, y fra­casse tout et fuit, en un éclair, avec son butin. Récemment, des quartiers chics de Chicago à ceux des métropoles californiennes, villes aux maires notoirement "progressistes", ces Blitz­kriege organisées ont frappé en plein jour et quasi-impunément des grands magasins haut de gamme (Nordstrom, Neiman Marcus), des joailleries ou boutiques (Louis Vuitton, Burberry, etc.). Ces pillages ciblent aussi des boutiques d'électronique et drugstores qui, à San Francisco par exemple, ferment les uns après les autres. Le butin est ensuite revendu d'occasion dans les sites de commerce en ligne, souvent ceux des GAFAM, dont le tropisme libertaire se voit ainsi récompensé.

À Lire Aussi

États-Unis, armes à feu : prélude à un carnage pire encore

Pendant ce temps, en 2021, le chaos criminel s'aggrave encore aux États-Unis : de 2019 à 2020, les homicides y ont déjà bondi de + 29%, la plus forte hausse annuelle depuis... 1905. On comptait en 2019, 6 homicides pour 100 000 habitants ; c'est 7,8/100 000 en 2020. 16 669 ho­micides (2019) ; 21 570 (2020), 77% par armes à feu. Pour les métropoles américaines (villes de plus de 250 000 habitants) on a + 32% d'homicides en 2020.

À New York (NYPD-CompStat) de septembre 2020 à sept. 2021, les "crimes violents" (vols avec armes ou violences, coups et blessures volontaires, viols, etc.) ont encore augmenté de 26%.

À Chicago (entre autres), la police est en panne, désarmée et bafouée par une mairie proster­née devant des bandes anarchistes : de 2016 à 2020, on compte dans la ville 212 fusil­lades sporadiques, d'usage entre gangs, ayant provoqué 126 morts et un millier de blessés. Suite à cela, 21 condamnations et aujourd'hui, 2 des gangsters en cause en prison, en tout et pour tout. Éclairons ce qu'énoncent ces chiffres : à Chicago, c'est la quasi-impunité pour qui parti­cipe à une tuerie, ou la provoque. Dans ces conditions, la paix sociale n'est pas pour demain...

Autres mauvais chiffres, symptômes d'une croissante anarchie, en 2020, suicides, 13,5/100 000 ; surdoses mortelles de stupéfiants de toute sorte, 27/100 000.

Stupéfiants, toujours : nous annoncions récemment dans Atlantico le prochain dépassement du cap des 100 000 par an pour les surdoses mortelles (93 331 en 2020). C'est fait : de mai 2020 à avril 2020, on en est à 100 306 - (chiffres provisoires, il pourrait y avoir plus de 103 000 morts en réalité). 60% de ces morts par intoxication de drogues sont dues à des opiacés de synthèse comme le Fentanyl.

Là une étrangeté - au minimum, une coïncidence - sur laquelle les chercheurs se pencheraient utilement, vu ce qu'elle révèle d'une dimension méconnue du désastre afghan : depuis l'été passé, l'héroïne a quasi-disparu des rues américaines ! Les toxicomanes le déplorent : les opia­cés synthétiques (Fentanyl, etc.) qui la remplacent étant bien plus dangereux et procurant des sensations (le flash) moins violentes. Or en Amérique du Nord, la quasi-totalité de l'héroïne en circulation est de l'Afghane. Quels circuits occultes, quelles complicités entre producteurs afghans et trafiquants américains ont donc été interrompus - et à quel niveau - depuis août 2021 et le départ précipité de l'armée US de Kaboul ? Question à creuser...

À Lire Aussi

États-Unis : anarchie dans les têtes, tueries dans les rues

Le sujet vous intéresse ?

À Lire Aussi

Insécurité : l’été meurtrier (pour Gérald Darmanin)Marseille gangrenée par la violence : petites leçons venues de Chicago sur ce qu’on peut faire et… ce dans quoi il ne faut surtout PAS s’engager

Mots-Clés

Thématiques

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !