Et que penseriez-vous d’un gouvernement d’union nationale avec Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Europe
Et que penseriez-vous d’un gouvernement d’union nationale avec Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon ?
©Reuters

Mariage à la grecque

Et que penseriez-vous d’un gouvernement d’union nationale avec Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon ?

Vous n’y croyez guère ! Moi, pas trop non plus. Mais, qui sait, nous avons tellement de choses à apprendre des Grecs…

Benoît Rayski

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio »

Vous avez bien-sûr entendu parler de Pános Kamménos. Il est depuis peu ministre grec de la Défense. Chef d’un parti appartenant à l’ultra droite nationaliste, il s’est allié, pour obtenir ce poste enviable, à M. Alexis Tsipras, personnage de l’ultra gauche et également nationaliste.

Les deux formations ont bien des choses en commun. Elles n’aiment pas les banques, vomissent l’euro (sauf quand on leur en donne) et détestent l’Europe de Bruxelles. Les conditions étaient donc réunies pour un mariage. Même si les lois grecques, étroitement contrôlées par l’Eglise orthodoxe, refusent l’union entre deux personnes de même sexe. M. Kamménos a, pour être gentil, son franc-parler. Il a récemment déclaré que dans son pays, "les Juifs, les Bouddhistes et les Musulmans ne payaient pas d’impôts". Vu le nombre de personnes relevant de ces obédiences religieuses, on comprend enfin à quoi est du l’abyssal déficit des finances grecques… Il a également menacé Berlin, où règne la détestable Angela Merkel, d’une invasion d’immigrés que la Grèce laissera passer, "et tant mieux s’il y a des djihadistes parmi eux".

Notre propos n’est pas d’amuser la galerie avec les élucubrations de ce Mr Frappadingue qui, selon les jours, se transforme en Dr Maboul. En France, la victoire électorale de M. Tsipras et Kamménos a déclenché un enthousiasme frénétique chez Jean-Luc Mélenchon du Parti de Gauche. Marine Le Pen, elle, s’est contentée d’applaudir le vainqueur avec chaleur, une modération due sans doute à sa pudeur féminine.

L’une et l’autre ont des choses communes avec les hurluberlus grecs. Et Marine et Jean-Luc ont des choses en commun entre eux. Donc pourquoi ne pas imaginer un mariage entre la présidente du Front National, mère de famille nombreuse car très prolifique, et le chef du Parti de Gauche, un peu stérile sur les bords car flanqué seulement de quelques mioches faméliques ?

Marine Le Pen, président(e ?) de la République, nommerait Jean-Luc Mélenchon Premier ministre. Un gouvernement resserré sans ministère de la Culture, ce qui serait plutôt une bonne chose vu ce que Fleur Pellerin en a fait. Les Affaires Etrangères seraient confiées à Aymeric Chauprade revenu en grâce. Le poste de Garde des Sceaux irait naturellement à Gilbert Collard. Marion Maréchal s’occuperait de l’Education Nationale et des Droits de la Femme. Et le Parti de Gauche serait récompensé avec le portefeuille de l’Economie attribué à Jacques Généreux, un proche de Mélenchon : avec un nom pareil, c’est sûr que les "sans-dents" reprendraient espoir.

Un tel gouvernement aurait l’immense avantage de faire souffler sur la France un vent de fraîcheur porteur d’une franche et revigorante gaieté. Vous imaginez un mariage entre Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon avec M. Tsipras et Kamménos comme témoins ! Une seule victime serait à déplorer : Louis Aliot, trahi et trompé par sa volage compagne. Mais qu’est-ce que le cœur brisé d’un homme quand le destin de la France est en jeu ? 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !