Et voilà l’impact réel subi par les enfants dont les parents ont perdu leur emploi en raison de la robotisation | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Une usine automatisée de construction de véhicules automobiles.
Une usine automatisée de construction de véhicules automobiles.
©Dan Sandoval / Great Wall Motor Co. Ltd.

Traumatismes industriels 

Et voilà l’impact réel subi par les enfants dont les parents ont perdu leur emploi en raison de la robotisation

C’est ce qu’établit une étude réalisée par des chercheurs de l’Institut de recherche en économie industrielle de Stockholm, et de l'Université de Lund, en Suède.

Thor Berger

Thor Berger

Thor Berger est chercheur à l’Institut de recherche en économie industrielle, IFN, Stockholm, Suède et au Département d'histoire économique et Centre de démographie économique, Université de Lund, Suède.

Voir la bio »
Per Engzell

Per Engzell

Per Engzell est chercheur au Leverhulme Centre for Demographic Science & Nuffield College, de l'Université d'Oxford. 

Voir la bio »

Atlantico : Vous avez publié une étude sur Social Science research, (Industrial automation and intergenerational income mobility in the United States), qui analyse comment l'automatisation des emplois a façonné les modèles spatiaux de la mobilité intergénérationnelle des revenus aux États-Unis. Comment la perte d'emplois due à la robotisation pour les parents a-t-elle eu un impact sur la condition sociale de leurs enfants ?

Thor Berger, Per Engzell : L'automatisation a érodé la viabilité économique et sociale de communautés qui étaient autrefois construites sur la base d'emplois manufacturiers stables et bien rémunérés. Notre étude examine les impacts de l'automatisation industrielle sur les résultats économiques et éducatifs des enfants nés dans ces communautés au début des années 1980. Nous constatons que dans les zones les plus durement touchées par l'automatisation, les enfants avaient des revenus inférieurs et étaient moins susceptibles d'avoir atteint un niveau d'éducation supérieur lorsqu'ils atteignaient l'âge adulte.

Comment expliquer que les sociologues avaient l'habitude de penser que les mutations industrielles conduisaient à la mobilité sociale ? Comment ont-ils pu se tromper à ce point ?

Ce n'est pas tant que les sociologues se soient trompés, mais plutôt que l'histoire soit un mauvais guide pour le présent. Les mutations industrielles du 20e siècle ont ouvert des perspectives de progrès économique, notamment parce qu'elles se sont accompagnées d'un développement de l'enseignement secondaire et supérieur, garantissant un large accès aux nouvelles opportunités. Aujourd'hui, l'automatisation déplace les travailleurs dans un éventail plus large d'emplois de la classe moyenne, tandis que la stagnation des investissements dans l'éducation a réduit les chances de mobilité ascendante des enfants.

À Lire Aussi

Post-pandémie : cette fois-ci, les robots pourraient vraiment remplacer de très nombreux emplois salariés

Vous expliquez que les désavantages se concentrent chez les garçons issus de foyers à faibles revenus, qu'est-ce qui peut expliquer qu'ils soient plus exposés à ce phénomène ?

L'automatisation a réduit les possibilités d'emploi des garçons issus de foyers à faibles revenus, en partie parce que le travail industriel est traditionnellement un bastion des hommes de la classe ouvrière. Dans le même temps, les normes de genre peuvent décourager les hommes de faire des études supérieures ou de se tourner vers le secteur émergent des services.

Le phénomène que vous observez va-t-il s'amplifier avec le temps ? Quelles sont les conséquences à long terme ?

Notre étude suggère que l'automatisation continuera à exacerber les inégalités au cours des prochaines décennies. En réduisant les chances des enfants d'accéder à l'enseignement supérieur, les effets négatifs de l'automatisation continueront à se faire sentir tout au long de leur vie, le niveau d'éducation étant lui-même étroitement lié à toute une série de résultats économiques, sanitaires et sociaux.

Quelle devrait être la réponse adéquate à cette situation ?

L'impact de l'automatisation sur le marché du travail dépend en fin de compte des décisions politiques. Alors qu'elle a eu un impact négatif sur les revenus et les perspectives d'emploi des travailleurs américains, l'automatisation a été beaucoup plus discrète dans les États-providence européens. Ces différences mettent en évidence le rôle des politiques actives du marché du travail, des systèmes éducatifs flexibles qui permettent aux travailleurs de se recycler, et la présence de syndicats plus forts, qui peuvent contribuer à atténuer les effets négatifs de l'automatisation.

À Lire Aussi

La robotisation est globalement positive… mais pas pour tout le monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !