Et voilà comment on m'a empêché de devenir président du PS ! | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Et voilà comment on m'a empêché de devenir président du PS !
©JOEL SAGET / AFP

C'est pas juste…

Et voilà comment on m'a empêché de devenir président du PS !

Je suis dans le même cas que Delphine Batho. Et je me plais bien en sa compagnie.

Benoît Rayski

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio »

"Le Parti socialiste est une petite mafia avec ses parrains ses lieutenants, ses exécutants". Ah non ce n'est pas moi qui écrirais une chose pareille ! Je ne veux pas être condamné pour diffamation. La phrase est de Delphine Batho. Et je me contente de la recopier avec une certaine appréhension quand même.

Delphine Batho proteste car le PS a modifié, dit-elle, ses statuts pour empêcher qu'elle en devienne la patronne. Cette fille courageuse dénonce "un coup d'Etat". En effet son parti a changé les règles de l'élection en faisant obligation aux candidats de "recueillir les parrainages de 5% des membres du Conseil national du Parti".

Une tâche impossible pour elle. Et également pour moi. Je proteste donc aussi. Ne s'avouant pas battue Delphine Batho a déposé plainte contre son propre parti. Et là il me faut me séparer d'elle. Car quand on veut prendre la tête d'une mafia ce n'est pas à la justice qu'il faut s'en remettre. Non il faut y aller en homme. Dégainer. Tirer dans le tas. Faire saigner. Jusqu'à ce que morts s'en suivent.

De toute façon a-t-on jamais vu une femme devenir capo mafioso ? Jamais ! Cette place enviable revient d'après tous les codes de l'honorable société à un mâle. A moi donc. Delphine Batho ayant été écarté qui ai-je en face de moi ?

Emmanuel Maurel ! Mais c'est qui celui-là ? Luc Carvounas ! Un tout, tout petit mec d'Alfortville. Olivier Faure ? Je n'en ai jamais entendu parler ! Stéphane Le Foll ! Mais qu'est-ce qui lui a pris de vouloir quitter la Bretagne qui est tout juste à sa taille ?

Moi contrairement à Delphine Batho je veux y aller franco. A la loyale. A la sulfateuse. Au bazooka. A la tronçonneuse. Oui ça va saigner dur je vais les éparpiller. Les faire exploser. En tout petits bouts. Et je demanderai à François Hollande de ramasser les morceaux. Et de les enfouir dans une décharge près de Tulle.

L'ambition que j'ai de devenir président du PS peut paraître surprenante à certains. C'est qu'ils ignorent le bonheur qu'il y a à avoir un beau bureau rue de Solferino. Avec une vue imprenable sur le musée d'Orsay où il y a de merveilleuses expositions. Mais j'avais oublié un détail important. Le siège du PS, rue de Solferino, est à vendre. Et peut-être même qu'il est déjà vendu ! Si c'est pour avoir quelques mètres carrés dans une chambre de bonne et m'occuper d'un parti dont les adhérents tiennent dans une cabine téléphonique…

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !