Et la pulsion démocratique de Pierre Bergé de la semaine tombe sur... "La Vie" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Pierre Bergé, porte-parole autoproclamé de tous les homosexuels du pays, a menacé de vendre ses parts du journal "La Vie".
Pierre Bergé, porte-parole autoproclamé de tous les homosexuels du pays, a menacé de vendre ses parts du journal "La Vie".
©Reuters

Socialisme et barbarie

Et la pulsion démocratique de Pierre Bergé de la semaine tombe sur... "La Vie"

Pierre Bergé, porte-parole autoproclamé de tous les homosexuels du pays, a menacé de vendre ses parts du journal "La Vie" à cause de ses positions sur le mariage pour tous. Un évènement qui, au-delà de la question de société, remet en cause le modèle d'indépendance de la presse française.

Christian Combaz

Christian Combaz

Christian Combaz, romancier, longtemps éditorialiste au Figaro, présente un billet vidéo quotidien sur TVLibertés sous le titre "La France de Campagnol" en écho à la publication en 2012 de Gens de campagnol (Flammarion)Il est aussi l'auteur de nombreux ouvrages dont Eloge de l'âge (4 éditions). En avril 2017 au moment de signer le service de presse de son dernier livre "Portrait de Marianne avec un poignard dans le dos", son éditeur lui rend les droits, lui laisse l'à-valoir, et le livre se retrouve meilleure vente pendant trois semaines sur Amazon en édition numérique. Il reparaît en version papier, augmentée de plusieurs chapitres, en juin aux Editions Le Retour aux Sources.

Retrouvez les écrits de Christian Combaz sur son site: http://christiancombaz.com

Voir la bio »

Le fait que Pierre Bergé, actionnaire du journal La Vie, ait fait un gros caprice parce que la rédaction ne partageait pas ses vues sur le mariage témoigne qu'entre le peuple et ses élites, le divorce est non seulement consommé quant au gaspillage budgétaire, à la corruption et au cynisme, mais il l'est jusqu'au sein de la prétendue "communauté homosexuelle" car, contrairement à ce que pensent les petites mains de la pensée, il n'existe décidément, chez les homosexuels, aucune unanimité à propos du mariage gay.

Les Catholiques le clament depuis le début, pour des raisons qui ne sont pas toujours très recommandables mais certains homos, qui n'ont aucun goût pour les simulacres, qui croient encore aux vertus de la discrétion chez les minoritaires, et qui sont convaincus que cette histoire est montée de toutes pièces pour embarquer l'Occident, après Halloween, la Saint Valentin et le Patriot Act, dans la sujétion à l'égard des lubies américaines, n'ont aucune envie d'être défendus par M. Pierre Bergé.

Pour tout dire, ils seraient même offensés d'être mis dans le même sac. Ils ne sont pas convaincus que cet homme sache comment ils vivent ni comment il faut vivre. L' armada cachée de l'homosexualité, cette flotte mystérieuse et souvent sous-marine, ricane carrément quand elle voit ce petit douanier à la Sempé qui essaie d'arraisonner les navires avec son porte-voix.

Déjà, il existe un prolétariat de l'homosexualité qui n'a aucune illusion sur la patience du corps social à son égard. Celui-là n'a pas envie d'attirer l'attention en réclamant le droit de se marier, alors qu'il n'a aucune garantie contre les rappeurs qui appellent au meurtre des homos.

Ensuite, il existe une foule d'homosexuels qui ont le sens du ridicule, et ceux-là n'ont pas envie de singer le mariage, ni de le voir singer par leurs semblables, c'est leur droit. On oublie  que parmi les homosexuels en vue on comptait naguère Montherlant, Mauriac ou Julien Green, qui auraient haussé les épaules à l'énoncé du sujet et qui seraient stupéfaits de voir que c'est Bergé, le petit monsieur de Saint-Laurent, qui prétend faire rendre gorge à ses adversaires sur cette question devenue nationale.

Enfin il y a le gros de la troupe, je veux parler des homos qui ne traînent pas sur la dernière syllabe, ceux qui ont des têtes de maçons ou de notaires, ceux qui pilotent des avions de ligne ou des engins de chantier, ceux qui ne diront jamais rien à leurs enfants même sur leur lit de mort, ceux qui résistent avec mépris à la transparence, à la gay-pride et aux drapeaux arc-en-ciel, ceux qui prennent quinze jours de vacances en Ardèche avec un copain de randonnée, ceux qui vont au sauna, ceux qui rôdent le long des bois et des parkings alors qu'ils sont huit fois grand-pères, ceux qui sont devenus prêtres parce qu'ils voulaient donner une âme à leur solitude, ceux qui sont devenus militaires pour combattre leurs tendances (ou pour les satisfaire), celles qui sont devenues sage-femmes ou gendarmettes parce qu'elles étaient amoureuses de leurs copines d'école  et tous ces gens-là, si nombreux, si divers, si peu soucieux de passer à la télé ou devant le maire, ne supportent plus les petits patrons de presse qui ont fait carrière dans la fripe et qui ne veulent voir qu'une seule tête.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !