Et Macron nous refait le coup de Jarnac... | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Emmanuel Macron hommage François Mitterrand Jarnac
Emmanuel Macron hommage François Mitterrand Jarnac
©

Quelle fine lame

Et Macron nous refait le coup de Jarnac...

C'est un excellent bretteur.

Benoît Rayski

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio »

Au XVIe siècle, le comte de Jarnac se rendit célèbre lors d'un duel. Par une feinte dont il avait le secret, il toucha son adversaire à l’arrière du genou. Depuis, des centaines d'épéistes, de sabreurs et de fleurettistes ont cherché à l'imiter.

Celui qui a réussi le mieux jusqu'à présent, c'est Emmanuel Macron qui s'est rendu à Jarnac pour le 25e anniversaire de la mort de Mitterrand. Pourquoi ce pieux pèlerinage ? Pour tenter de glaner quelques voix à gauche en prévision de 2022.

Mitterrand aussi était une épée. Mais lui, c'était plutôt la botte de Nevers, ville dont il fut député pendant longtemps. C'est ainsi qu'avec son admirable savoir-faire, il tua Savary, Mendès-France, Rocard, puis Giscard et Chirac. Il était donc bien normal que Macron rendit hommage à ce maître en escrime.

Il ne reste plus beaucoup de temps avant 2022. Il est à parier que Macron trouvera le moyen de gravir d'ici là la roche de Solutré, haut-lieu de la légende mitterrandienne. Quelques voix supplémentaires à gauche, c'est toujours bon à prendre.

Mais quid des voix de droite car Macron se nourrit à tous les râteliers ? Eh bien, il se rendra une nouvelle fois au Puy-du-Fou où il subjugua Philippe de Villiers. Et là, il exaltera la mémoire des Vendéens morts pour le Christ et le Roi.

Le connaissant, on sait qu'il ne négligera pas non plus les suffrages de l'extrême droite. C'est pourquoi il ira à l'île d'Yeu où il déposera une gerbe de fleurs sur la tombe du maréchal Pétain. Mitterrand l'avait fait avant lui. Entre bretteurs de haut vol, ils sont appelés à s'entendre.  

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !