Alerte au courrier volé | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Faits divers
Alerte au courrier volé
©LOIC VENANCE / AFP

Le facteur n'est pas passé

Alerte au courrier volé

Puisque nos boîtes mails sont devenues plus difficiles à pirater, les escroqueries se reportent de plus en plus sur nos bonnes vieilles boîtes aux lettres

Xavier Raufer

Xavier Raufer

Xavier Raufer est un criminologue français, directeur des études au Département de recherches sur les menaces criminelles contemporaines à l'Université Paris II, et auteur de nombreux ouvrages sur le sujet. Dernier en date:  La criminalité organisée dans le chaos mondial : mafias, triades, cartels, clans. Il est directeur d'études, pôle sécurité-défense-criminologie du Conservatoire National des Arts et Métiers. 

Voir la bio »
Nombreux sont les cas d’arnaques et de vols dans les boîtes aux lettres physiques. Quelles sont concrètement ces fraudes comment ces pêcheurs postaux agissent-ils, quelles sont leurs techniques et comment expliquez-vous cette recrudescence des délits ?
Xavier Raufer : Le milieu criminel n'a pas de spécialité particulière ; il n'y existe pas de "métiers" comme dans le monde des gens honnêtes. Tout bandit est un prédateur opportuniste, agissant par économie de moyens, dans une logique coût/bénéfice. Si le cambriolage devient trop difficile avec des portes blindées, des serrures complexes, etc. - on ouvre les boîtes aux lettres de résidences un peu haut de gamme - bien sûr dotées de serrures primitives qu'on force avec un simple tournevis - voir si un membre de la famille n'y a pas laissé à l'usage des autres, le trousseau de clés de l'appartement ou de la voiture, ensuite enfantins à dévaliser ou voler. C'est aussi simple que ça.
Cette recrudescence s'explique aisément par un autre des fondamentaux de la criminologie : l'effet de déplacement. Quand la banque est trop blindée pour qu'on la braque, on attaque le supermarché à main armée, ensuite on s'introduit chez des particuliers (home-jacking), etc. la vie des malfaiteurs est ainsi faite : ils ne cherchent jamais à affronter la société de plein fouet - nulle entité criminelle ne "fait le poids" contre un appareil étatique, même faible - ils veulent seulement récupérer de l'argent, ou des biens à "fourguer", sans trop de risque ni de "prise de tête". La plupart d'entre eux sont des âmes simples, qui n'échafaudent ni plans à long terme, ni combinaisons machiavéliques.
Ils veulent du fric, assez pour pouvoir frimer, claquer des gros billets en boîte, épater des filles avec des jouets pour adultes, type grosse moto ou voiture pétaradante, porter des vêtements de marques, etc. En somme, les plus grands fans de la société de consommation plus vulgaire que les bandits ! Du luxe voyant, de l'ostensible - un braquage de temps à autre pour le "respect" : plus belle la vie, versant racaille.

De nombreuses personnes dépendent encore exclusivement de cette voie postale traditionnelle. Alors qu’une partie de la population n’ose encore se fier au numérique, peut-on dire que la confiance dans le courrier en prend également un coup ? Auriez-vous quelques conseils à délivrer afin d’éviter d’être la cible de ces criminels ? 

On est effaré par l'impéritie de brave gens qui ouvrent leur porte à quiconque, dorment au rez-de-chaussée toutes fenêtres ouvertes et laissent traîner leurs clés dans de simples boîtes qu'un enfant ouvrirait. Donc ici, le simple bon sens devrait suffire - mais là, intervient la fonction la plus cruciale du cerveau humain : l'oubli. Le système de boîtes postales n’y est pour rien. Mais un individu qui n'oublie rien devient vraiment fou en peu de mois. Tout ce qui relève de l'attention, de la précaution, de la prévention lasse vite l'espèce humaine - donc est oublié. C'est pour cela que, même en temps de guerre, quand la vie des gens est en jeu, on change si souvent les sentinelles.

Quelle est la peine encourue pour vol de courrier ? 

En réalité et dans les faits, rien ! Statistiquement, on a plus de chances de gagner au Loto que d'écoper d'une peine sérieuse pour vol, courrier ou autre. On est là dans ces contentieux de masse qu'une justice famélique et privée de moyens évacue par tous les moyens. Quand elle ne le fait pas par idéologie, les derniers disciples de Victor Hugo (le voleur et la prostituée forcément bons des Misérables) se trouvant désormais chez les étudiants de la nocive Ecole de la Magistrature.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !