Envolée des prix de l’électricité : le gouvernement s’enferme dans l’absurdité technocratique | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Consommation
L'Etat français veut augmenter le volume de l'ARENH de 30 TWh pour le porter à 130 TWh.
L'Etat français veut augmenter le volume de l'ARENH de 30 TWh pour le porter à 130 TWh.
©JEFF PACHOUD / AFP

Fuite en avant

Envolée des prix de l’électricité : le gouvernement s’enferme dans l’absurdité technocratique

L'exécutif s'est engagé à maintenir la hausse des prix de l'électricité, révisée début février, à 4%. Cette limitation de la hausse des tarifs s’avère compliquée à mettre en œuvre. Une solution envisagée serait d’augmenter le volume d’électricité nucléaire vendue à bas prix par EDF à ses concurrents dans le cadre du mécanisme baptisé ARENH (« Accès régulé à l’électricité nucléaire historique »). Le gouvernement envisage depuis décembre de relever le plafond de l’ARENH pour que les fournisseurs disposent de plus d’électricité bon marché à prix fixe, quitte à rémunérer un peu mieux EDF.

Damien Ernst

Damien Ernst

Damien Ernst est professeur titulaire à l'Université de Liège et à Télécom Paris. Il dirige des recherches dédiées aux réseaux électriques intelligents. Il intervient régulièrement dans les médias sur les sujets liés à l'énergie.

Voir la bio »

Atlantico : L'Etat français veut augmenter le volume de l'ARENH de 30 TWh pour le porter à 130 TWh. Qu’est concrètement l’accès régulé à l’électricité nucléaire historique ?

Damien Ernst : L’ARENH est un mécanisme qui a été créé pour que les fournisseurs alternatifs puissent bénéficier de l’électricité à bon marché. Un certain volume ARENH est mis sur le marché (actuellement 100 TWh) que les fournisseurs peuvent acheter chef EDF à un prix de 42€/MWh. C’est le coût estimé de son nucléaire historique. L’ARENH n’a jamais été favorable pour EDF car quand le prix du marché est plus bas que le prix de l’ARENH, les fournisseurs achètent sur les marchés de gros. Dans ces cas-là, cela signifie que EDF à des coûts de production supérieurs au coût de marché. Et quand le marché est supérieur à 42€/MWh, les fournisseurs alternatifs profitent de 100 TWh à prix cassé, ce qui fait perdre de l’argent à EDF puisqu’il aurait pu vendre cette énergie plus chère sur les marchés.

Dans quelle mesure peut-on dire que l’ARENH fausse le marché ? 

Ça l’a complètement faussé. A partir du moment où l’électricité est au-dessus du prix du marché, les consommateurs peuvent être contents car ils paient moins cher grâce à l’ARENH mais c’est parce que EDF subsidie tous ses concurrents. Il n’y a aucun autre pays au monde à ma connaissance où l’un des acteurs doit vendre sa production en dessous des prix du marché. Ce schéma spolie complètement EDF.

À Lire Aussi

Alerte à la mega tempête économique ? L’Europe face à la plus grave crise énergétique depuis les chocs pétroliers des années 70

A quel point est-ce une mauvaise idée d'envisager de relever l’ARENH à 130 TWh ?

Avec 100 TWh les fournisseurs n’arrivent pas à couvrir les besoins de leurs clients et doivent aller acheter sur les marchés de gros, ce qui fait augmenter les prix. En relevant le plafond, l’Etat veut que les prix n’augmentent pas. Derrière cela, il y a évidemment un jeu électoral. A l’approche de l’élection présidentielle française, il est probable que le président sortant n’ait pas envie d’envoyer des factures plus élevées qui les rendraient mécontents. On estime que c’est environ un cadeau de 4,5 milliards par an qu’EDF fait à ses concurrents.  C’est une somme significative pour EDF qui est valorisée à une trentaine de milliards sur les marchés.

De plus, on va enlever à EDF 30 TWh d’électricité, mais il n’est pas impossible qu’EDF ait déjà vendu son électricité sur les marchés. Il va donc être obligé de racheter au prix du marché l’électricité qu’il a vendu et de la revendre à 42€/MWh.

Est-ce que cette mesure est en capacité de résoudre le problème du prix de l’énergie ?

Ça va le régler partiellement. Cela se fait au prix de l’appauvrissement d’EDF et il ne faut pas oublier qu’EDF c’est avant tout l’Etat français. En faisant ça, l’Etat fragilise fortement EDF. Quitte à agir, il serait bien plus judicieux que l’Etat paie directement une partie de la facture.  

On arrive sur une crise du gaz structurelle, les prix augmentent. On peut se demander si l’Etat va ensuite passer à 150 ou 200 TWh, ce qui est sûr c’est que ça ressemble à une fuite vers l’avant peu réfléchie. Ce modèle de l’ARENH est un mauvais modèle, il n’a pas de sens dans un marché libéralisé. L’ARENH est une hybridation entre une forme de centralisation et un marché libéralisé. Cela brouille les signaux du marché. Si l’Etat veut continuer à interférer, mieux vaut revenir carrément à l’ancien modèle centralisé et monopolistique. Dans l’état actuel des choses, cela n’a pas de sens. 

À Lire Aussi

Ce que nous réserve la guerre des Verts allemands contre le nucléaire en Europe

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !