En grève, les routiers réclament des hausses de salaire... et les 9 autres infos éco du jour | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
En grève, les routiers réclament des hausses de salaire.
En grève, les routiers réclament des hausses de salaire.
©Reuters

Les 10 infos éco du jour

En grève, les routiers réclament des hausses de salaire... et les 9 autres infos éco du jour

1. En grève, les routiers réclament des hausses de salaire. Depuis dimanche soir 22h, les transporteurs routiers ont mis en place série d’actions fortes en Ile-de-France et en Province, comme ils l’avaient annoncé en décembre. Ces derniers réclament une hausse des salaires, alors qu’une négociation salariale est prévue prochainement. La CGT, FO, CFTC et la CFE-CGC se sont rassemblés en intersyndicale afin de mettre en place cette grève reconductible. Les routiers réclament notamment une revalorisation horaire de 10 euros minimum, un treizième mois de salaire et une meilleure protection sociale. "L'objectif c'est pas de bloquer la population mais de toucher les employeurs" explique Pascal Goument, de la CFTC-GNT puisque les véhicules légers pourront circuler sans encombre.

[LES AUTRES ARTICLES DE VOTRE BRIEFING ATLANTICO BUSINESS]

2. Loi Macron : le premier volet adopté en Commission. "Libérer l’activité", le premier volet du projet de loi pour l’activité et la croissance a été adopté par la Commission spéciale de l’Assemblée Nationale, avec 174 amendements votés qui ont été modifiés. Cette partie de la loi traîte notamment de la libéralisation du transport par autobus.

3. Patrons et syndicats ne parviennent pas à trouver un accord sur le dialogue social. Après 4 mois de discussions qui devaient s’achever samedi et après avoir entendu les critiques des syndicats, le Medef et l’UPA ont renoncé à présenter leur nouveau texte. Bien qu’aucune date n’ait été fixée, de nouveaux échanges devraient bientôt avoir lieu, avant que le gouvernement prenne la main sur le dossier.

4. Mario Draghi annoncera cette semaine des mesures fortes pour éviter la déflation de la zone euro. A l’occasion de la réunion de la BCE jeudi à Francfort, son patron depuis 2011 fera connaître son opération pour éviter la déflation, opération déjà surnommée "bazooka" sur les marchés financiers. Cette annonce marquera un moment clé du mandat de Draghi à la tête de l’institution monétaire.

5. L’ancien PDG de Conforama prend la tête de Lacoste. Le groupe, propriété des frères suisses Mauss, était dirigé par José-Luis Duran, l’ex-PDG de Carrefour, depuis 2 ans. Celui-ci aurait été inciter à partir, au profit de Thierry Guibert, PDG de Conforama depuis 2008 et jusqu’au 1er janvier dernier.

6. Vente-privee annonce une prise de participation dans la start-up Weezevent. Le géant français du commerce en ligne souhaite "se renforcer dans le divertissement". Weezent développe une solution de billetterie en self-service sur Internet et a remporté, en 2014, le classement des entreprises technologiques: le Deloitte In Extenso Technology Fast 500.

7. Le second patient Carmat est rentré chez lui. Le patient avait été implanté en août dernier d’un cœur artificiel Carmat. Cela fait donc cinq mois qu’il est appareillé et le professeur Alain Carpentier, co-fondateur de Carmat, avait déjà annoncé en novembre dernier que le patient allait très bien.

8. Uber annonce 500.000 créations de postes en Europe en 2015. Le PDG de la société américaine de voiturage a annoncé ce développement dimanche à Munich et souhaite établir en 2015 "un nouveau partenariat avec les villes européennes", où l’entreprise est souvent accusée de détruire de l’emploi.

9. Google souhaite racheter Softcard, un logiciel de paiement en ligne. Le groupe américain chercherait à se repositionner sur le marché du paiement en ligne et s’intéresse au logiciel. Google a fait une offre à 50 millions de dollars, mais PayPal serait également intéressé par l’entreprise, indique le Wall Street Journal Online.

10. Et le film le plus rentable de 2014 est... D’après une étude BFM Business, seulement 24 films français ont été rentables en 2014 soit 11% des sorties. Comme les années précédentes, les comédies marchent toujours avec Qu’est ce qu'on a fait au Bon Dieu ? et Babysitting qui décroche la première place du classement.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !