Emmanuel Macron, mais qu'allez-vous donc faire en Afrique ?<!-- --> | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
C'est dans un climat de défiance que le président français entame mercredi 1er mars à Librevillle une tournée de quatre jours en Afrique centrale.
C'est dans un climat de défiance que le président français entame mercredi 1er mars à Librevillle une tournée de quatre jours en Afrique centrale.
©Stefano Rellandini / POOL / AFP

Un voyage pour rien ?

On ne nous aime pas trop là-bas.

Benoît Rayski

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio »

Le président de la République entame une tournée africaine de quatre jours. Destinations : le Congo Brazzaville, la République Démocratique du Congo, le Gabon et l’Angola.

On remarquera qu’il entend soigneusement éviter les pays où est présente la milice du groupe Wagner. C’est normal. Car ce sont des méchants qui tirent n’importe comment sur n’importe qui ! 

Ils ont déjà remplacé nos troupes au Mali, au Burkina Faso et en République Centrafricaine. Ce n’est pas très glorieux pour notre image. Plier bagage équivaut toujours à une défaite. L’objectif affiché de Macron est d’acter la fin de la France Afrique. Il ferait mieux de se préoccuper de l’Afrofrance. Une chose est certaine, le pays où il sera le mieux accueilli c’est l’Angola. Pourquoi ? Parce que c’est une ancienne colonie portugaise.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !