Elle est réservée aux "femmes, meufs, gouines, personnes trans, intersexes, non binaires" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
Elle est réservée aux "femmes, meufs, gouines, personnes trans, intersexes, non binaires"
©JOHN THYS / AFP

La Manif pour toutes

Elle est réservée aux "femmes, meufs, gouines, personnes trans, intersexes, non binaires"

Et nous autres donc, nous ne pourrons pas y aller ? Boouuhh...

Benoît Rayski

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio »

On a beaucoup médit des indigénistes. On a même tapé sur Rokhaya Diallo. On leur reprochait d'organiser ou de patronner des rencontres interdites aux Blancs et ouvertes seulement aux « personnes racisées ». Nous y avons décelé du racisme anti-blanc. Mais nous avons été accusé de racisme anti-noir. De crainte d'aller devant les tribunaux, nous nous sommes tus. Un calvaire. Maintenant, il a pris fin et on va pouvoir s'en donner à cœur joie.

Car nous avons enfin nos indigénistes bien à nous, bien de chez nous. Nos indigénistes de souche, blanches comme il faut. Un collectif de féministes convie toutes les opprimées martyrisées par la domination masculine à manifester ce week-end à Montiers-sur-Saulx, pour protester contre l'enfouissement des déchets nucléaires prévu dans cette commune. La carton d'invitation est très précis. La sauterie est réservée aux « femmes, meufs, gouines, personnes trans, intersexes, non binaires ». Interdite donc aux hommes hétéros, autrement appelés cisgenres.

Le distinguo entre « femmes » et « meufs » nous laisse un peu perplexe. Mais en dehors de ce point de détail, nous comprenons très bien la démarche de ces dames et demoiselles progressistes. En effet, dans le domaine nucléaire, les hommes n'ont fait que du mal. Qui a inventé l'énergie atomique ? Les hommes ! Qui a largué des bombes A sur Hiroshima et Nagasaki ? Des hommes ! Qui dirige EDF et ses centrales nucléaires ? Un homme ! Qui est à la tête du Commissariat à l'énergie atomique ? Un homme ! Qui dirige Orano (Ex Areva) ? Un homme ! Certes, il y a eu pendant quelques années une directrices du nom d'Anne Lauvergeon. Mais a-t-elle été soumise aux tests nécessaires pour vérifier qu'il s'agissait bien d'une femme ?

Oui, c'est pour toutes ces vilenies masculines que nous payons et que nous ne pourrons pas nous rendre ce week-end à Montiers-sur-Saulx. Une tentation grandit chez nous : organiser une manifestation pour protester contre l'enfouissement des déchets de la connerie. Car il est bon qu'elle s'étale au grand jour. Voilà qui est fait.

Einstein, dont les travaux n'étaient pas pour rien dans l’invention de l'énergie nucléaire, racontait l'histoire édifiante suivante. Une catastrophe nucléaire a détruit la planète. Plus un seul être vivant, à l'exception d'un couple, profondément irradié, qui avance en se traînant dans un paysage lunaire. Devant eux, à quelques centaines de mètres, une forêt miraculeusement épargnée. À la lisière, un couple de gorilles contemple l'homme et la femme.

Ils finissent par s'écrouler morts. Le singe regarde sa meuf d'un œil concupiscent : « Chérie, il va nous falloir tout recommencer ». Le gorille et sa dame étaient selon toute vraisemblance cisgenres. 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !