Ecole : la semaine de 4 jours, ça fonctionne aux Etats-Unis, alors pourquoi pas chez nous ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Ecole : la semaine de 4 jours, ça fonctionne aux Etats-Unis, alors pourquoi pas chez nous ?
©

L'école est finie

Ecole : la semaine de 4 jours, ça fonctionne aux Etats-Unis, alors pourquoi pas chez nous ?

Deux chercheurs indépendants américains ont prouvé que la semaine de 4 jours améliore nettement les résultats obtenus par les élèves en mathématiques, et d'une façon moins marquée les résultats en lecture.

Rémy Prud'homme

Rémy Prud'homme

Rémy Prud'homme est professeur émérite à l'Université de Paris XII, il a fait ses études à HEC, à la Faculté de Droit et des Sciences Economiques de l'Université de Paris, à l'Université Harvard, ainsi qu'à l'Institut d'Etudes Politique de Paris. 

Voir la bio »

Aux Etats-Unis aussi le nombre de jours de classes dans l’enseignement primaire fait débat. Un certain nombre de districts scolaires ont récemment abandonné les traditionnels cinq jours par semaine pour passer à quatre jours, principalement pour faire des économies. Comme en France, les partisans de chacun des systèmes se battent à coup d’arguments théoriques et d’affirmations rhétoriques sur les coûts et les avantages des deux formules. Mais aux Etats-Unis deux chercheurs indépendants[1], des économistes sans aucune idée préconçue, ont retroussé leurs manches et cherché à savoir si dans la réalité les élèves soumis à la semaine de quatre jours réussissaient mieux - ou plus mal - que ceux qui bénéficiaient d’une semaine de cinq jours[2].

Ils ont à cet effet considéré les notes obtenues à des examens standardisés en mathématiques et en lecture par 4600 élèves en fin d’études élémentaires (âgés d’une dizaine d’années), pris au Colorado, un Etat où l’on trouve à la fois des écoles à cinq jours et des écoles à quatre jours. Ils ont cherché à expliquer ces notes par toutes sortes de variables potentiellement explicatives, telles que le taux de pauvreté du canton, les dépenses par écolier, le nombre d’élèves par professeur, la taille de l’école, le pourcentage d’élèves "hispaniques" - et bien entendu le fait d’étudier dans une école à 4 ou à 5 jours. L’analyse économétrique conduite permet de mesurer, toutes choses égales par ailleurs, l’impact de la durée de la semaine sur les performances scolaires.

Le résultat obtenu est contre-intuitif, mais très clair : la semaine de 4 jours améliore nettement et fortement (de 12%) les résultats obtenus par les élèves en mathématiques, et d’une façon moins marquée les résultats en lecture.

Peut-on généraliser cette conclusion ? Avec prudence, et au moins provisoirement, oui. Beaucoup de vérités médicales, par exemple, reposent sur des échantillons bien plus limités, et des traitements économétriques plus sommaires. Cette conclusion n’est pas une opinion, mais une mesure. Elle résulte d’une analyse qui substitue une approche scientifique à une approche idéologique, et qui remplace la déduction, l’hypothèse ou le fantasme par la mesure. On peut aimer ou non la conclusion, on peut l’expliquer de différentes façons, mais il est difficile de l’ignorer. Jusqu’à ce qu’une nouvelle étude prouve le contraire, ou montre que les élèves français fonctionnent à rebours des élèves américains, il faut tenir pour avéré le fait que l’allongement de la semaine voulu par le ministre de l’Education Nationale se fera au détriment de l’apprentissage des mathématiques et de la lecture.

Cela ne le condamne pas nécessairement. Cet allongement, qui est par ailleurs coûteux, a peut-être d’autres justifications, sociales par exemple, qu’il serait nécessaire de préciser et de justifier. Il n’en reste pas moins qu’en matière d’enseignement, l’acquisition des connaissances de base est un objectif important, et que cet objectif sera desservi par le changement décidé.

_______________________________________________

[1] Professeur (émérite), Université Paris 12

[2] Mark Anderson & Mary Beth Walker. « Does Shortening the School Week Impact Student Performance ? Evidence from the Four-Day School Week », 45 p.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !